Quitter la lecture facile
Pas-plus-de-risque-de-cancer-au-dela-de-20km-de-Fukushima

Au-delà de 20km de Fukushima : pas d’augmentation du risque de cancer ?

Posté le par La rédaction

En ce moment

http://www.techniques-ingenieur.fr/actualite/thematique/environnement/

L’OMS rend ses conclusions sur l’impact des radiations provoquée lors de la catastrophe nucléaire de Fukushima.

Greenpeace a immédiatement contesté l’étude de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), d’après laquelle il n’y aurait pas de hausse du risque de cancer dès que l’on est éloigné de plus de 20 km de la centrale.

Intitulé « Évaluation des risques pour la santé de l’accident nucléaire survenu après le grand tremblement de terre et le tsunami qui ont touché l’est du Japon en 2011 (sur la base d’une estimation préliminaire des doses), il s’agit du premier rapport de l’OMS qui étudie les conséquences sur la santé de l’homme du drame de Fukushima. Et celui-ci se veut particulièrement rassurant puisqu’il stipule que « Les risques sont faibles pour la population en général au Japon et à l’extérieur du Japon. Pour cette dernière, aucune augmentation observable des taux de cancer n’est prévue par rapport aux taux de référence.» Soit.

L’OMS note cependant une augmentation des risques de cancer pour « certaines catégories de la population de la préfecture de Fukushima » et préconise une surveillance à long terme.

Au plus proche de la centrale, les femmes et les enfants de moins de un an à l’époque du drame voient leur risque de cancer majoré de 4%. Plus précisément, les risques de cancer du sein augmentent de 6%, ceux de leucémie de 7%. En revanche, le risque de développer un cancer de la thyroïde explose de 70% pour passer à 1.25% contre 0.75% normalement. Les personnes vivant dans la deuxième zone la plus contaminée voient aussi une augmentation du risque de développer un cancer, bien que « les risques estimés sont inférieurs de moitié environ à ceux de la zone aux doses les plus élevées. »

Les plus touchés sont les ouvriers venus travailler sur la centrale au moment de l’accident. Ceux-ci ont été les plus exposés aux radiations et voient leur risque de cancer grimper de 20%.

Le rapport précise aussi que « les doses de rayonnement de la centrale nucléaire endommagée ne devraient pas augmenter l’incidence des fausses couches, des mortinaissances et des autres problèmes de santé physique et mentale susceptibles de toucher les nourrissons nés après l’accident. », autrement dit on ne devrait pas voir exploser les cas d’infertilité ni les naissances d’êtres difformes comme des vaches à deux têtes.

A ce jour, la société Tepco en charge de l’exploitation de la centrale n’a toujours pas communiqué les niveaux de radiations auxquels ont été soumis les travailleurs. Ce rapport s’appuie donc sur des estimations des doses émises. Plusieurs experts scientifiques indépendants des domaines de la modélisation des risques radiologiques, de l’épidémiologie, de la dosimétrie, des effets des rayonnements et de la santé publique ont participé à sa rédaction.

Pour Greenpeace, ces conclusions sous-estiment l’impact de la deuxième plus grave catastrophe nucléaire après Tchernobyl. De leurs côtés les autorités japonaises contestent l’étude jugeant le risque bien moindre : « Ces calculs ont été basés sur l’hypothèse que les gens ont continué de vivre dans cette zone et de manger de la nourriture interdite. Mais ce n’est pas le cas », justifie un responsable du ministère de l’Environnement à l’AFP.

Mais tout le monde s’accorde sur le fait que la zone de 20km autour de Fukushima sera inhabitable pendant encore plusieurs dizaines d’années et que les produits agricoles issus de cette région sont contaminés. Un rapport pas si rassurant que ça finalement.

Par Audrey Loubens, journaliste scientifique

Posté le par La rédaction

Imprimer l'article Commenter cet article Partager l'article par email

Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Captcha

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ?
Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.