Logo ETI Quitter la lecture facile
cellulose-big

En ce moment

Impression 3D: un procédé simple réussit à utiliser la cellulose

Posté le par Pierre Thouverez dans Innovations sectorielles

Des chercheurs du MIT ont mis au point un procédé pour pouvoir utiliser de la cellulose en impression 3D. Un process relativement simple qui se fait à température ambiante.

Deux obstacles majeurs bloquaient jusqu’à maintenant l’utilisation de la cellulose en impression 3D: à la chaleur elle ne fond pas mais se détruit et en solution elle est trop visqueuse pour être extrudée. Et quand on y arrive, le résultat nécessite des process de séchage compliqués pour préserver la forme de l’objet fabriqué. Pour dépasser ces obstacles, des chercheurs du MIT ont eu l’idée d’utiliser de l’acétate de cellulose dissout dans de l’acétone. Comme l’acétone est très volatil, il s’évapore dès qu’il est déposé et l’acétate de cellulose se solidifie en place.

Pour compléter leur process, les chercheurs ont mis au point un traitement optionnel par hydroxyde de sodium qui consolide l’objet fabriqué.

Un process facilement industriable

Pour faire la démonstration de leur process, les chercheurs ont ajouté une dimension supplémentaire à leur innovation et ajoutant une teinture antimicrobienne à la solution d’acétate de cellulose.

Résultat : une pince chirurgicale avec des fonctionnalités antimicrobiennes :

MIT-3D-Cellulose-1_0

Par ailleurs, le procédé n’est pas basé, comme c’est le cas la plupart du temps en impression 3D, sur le chauffage préalable du matériau. Le process se déroule à température ambiante et l’évaporation naturelle de l’acétone suffit. Elle pourrait d’ailleurs être accélérée en soufflant de l’air chaud par exemple, précise Sebastian Pattinson, principal auteur de l’étude parue dans Advanced Materials Technologies. L’acétate de cellulose, largement disponible pourrait ainsi devenir une alternative renouvelable et biodégradable à d’autres matériaux de l’impression 3D. A condition tout de même que le système de production prévoit la récupération de l’acétone, toxique par contact et par inhalation.

Sophie Hoguin

 

Pour aller plus loin

Posté le par Pierre Thouverez

Les derniers commentaires

  • L’utilisation de l’acétone pose problème étant chimiquement très réactif en captant l’eau et d’autres molécules.


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !