Logo ETI Quitter la lecture facile
Nucleaire-solaire-le-gouvernement-francais-sait-il-vraiment-ce-qu-il-veut

Décryptage

Nucléaire, solaire : le gouvernement français sait-il vraiment ce qu’il veut ?

Posté le par La rédaction dans Énergie

OPINION [Tribune d'Olivier Daniélo]

Il n’y a pas qu’en matière de politique économique que le gouvernement socialiste (« social-libéral » ?) est dans le flou. Il ne sait pas non plus ce qu’il veut en matière de politique énergétique.

François Hollande a été élu sur la promesse de réduire de 75% à 50% la part du nucléaire dans le mix électrique national d’ici 2025, ce qui a naturellement été compris, du moins par les personnes de bonne foi, comme fermer environ 20 GW sur les un peu plus de 60 GW de réacteurs nucléaires que compte la France.

Mais par une étrange pirouette, deux ans après avoir été élu et une fois la fièvre post-Fukushima un peu retombée, François Hollande et Ségolène Royal ont décidé de suivre à la lettre les recommandations d’Henri Proglio, PDG d’EDF. Ce dernier a expliqué que, compte-tenu de la hausse de la demande électrique consécutive à la croissance démographique, ainsi qu’à l’adoption de nouveaux usages de l’électricité comme la voiture électrique, alors la part du nucléaire baissera mécaniquement. Sans qu’il faille fermer de réacteurs.

Un goût amer de trahison

Pourquoi François Hollande n’a-t-il pas expliqué cela clairement juste avant les élections ? Au final le projet de Loi sur la transition énergétique a comme objectif de simplement plafonner la capacité nucléaire. L’article 55 « pose les principes d’un plafonnement à son niveau actuel de notre capacité de production nucléaire (63,2 GW) ». Tout au plus la fermeture de la centrale de Fessenheim (fermeture qui n’est pas encore certaine) sera compensée par l’ouverture de l’EPR de Flamanville. Bref, la transition énergétique au niveau zéro. La stagnation, c’est maintenant.

Le renoncement de l’esprit de la promesse électorale de François Hollande en matière énergétique a franchit récemment un nouveau cap. Dans son discours fin août devant le MEDEF le premier ministre Manuel Valls a déclaré fermement que « la filière nucléaire est plus que jamais une grande filière d’avenir », reprenant ainsi le flambeau d’Arnaud Montebourg en la matière.

« La France ne sait toujours pas ce qu’elle veut »

Dans une interview pour le magazine Plein Soleil (en ligne sur le blog Tecsol dans un billet daté du 8 septembre) Cédric Philibert, expert en énergies renouvelables auprès de l’Agence Internationale de l’Energie, constate amèrement cette réalité : « la France ne sait toujours pas ce qu’elle veut. Quand on pense que François Hollande le jour de l’ouverture de PVSEC (Photovoltaic Solar Energy Conference, la plus importante conférence internationale en matière de recherche et développement photovoltaïque ndlr) a préféré aller inaugurer une installation d’énergie marine. Il semble qu’il n’a pas la juste appréciation de ce qu’est une énergie d’avenir.» 

Mais il y a aussi un facteur plus profond. « Il semble aussi que le milieu énergétique français fuit le PV plus que tout autre chose » estime Cédric Philibert. « Les tenants de l’atome voient la percée du solaire comme la peste » A certaines heures de la journée la production solaire (qui peut d’ailleurs traverser la frontière germano-française) parvient à pénétrer en zone jusqu’à présent réservée au nucléaire. Du coup les réacteurs nucléaires se transforment en vaches à lait moins rentables.

Les énergies marines mises en avant par EDF sont en réalité un moyen particulièrement habile (ou pervers, à chacun son analyse) de détourner l’attention du grand public et des responsables politiques du solaire photovoltaïque, une filière à très gros potentiel, très populaire, de plus en plus compétitive, et qui menace directement les perspectives de l’industrie nucléaire non seulement à l’échelle nationale mais mondiale.

L’hydrolien, que les amis de l’atome font miroiter, appartient au groupe des filières EnR les plus coûteuses. Et même dans l’hypothèse d’une acceptation d’un coût du kWh très élevé, il a un potentiel qui reste relativement limité. Seule une nouvelle approche, le « marélien » d’Hydrocoop, c’est à dire l’hydrolien à concentration qui augmente la vitesse des courants de marée – et donc la production d’électricité – grâce à un système de digues, système ingénieux permettant d’utiliser des hydroliennes simplifiées et ainsi moins coûteuses, permettrait de faire baisser massivement les coûts et ainsi une production appréciable. Mais EDF ignore cette approche.

Etant donné qu’EDF obéit à une logique d’intérêts privés et de protection d’actifs, le groupe ne voit pas d’un bon œil le développement du solaire en France et dans les pays voisins. Compte-tenu du flou réglementaire en France, les investissements régressent. Les énergies renouvelables, formidables moteurs de croissance économique et de créations d’emplois, sont en panne dans l’hexagone.

« Le mensonge donne des fleurs mais pas de fruits. » (proverbe africain)

Une question fondamentale se pose. Le rôle des femmes et hommes politiques élus par les français est-il d’obéir aux logiques de profit d’un lobby historiquement couplé à l’appareil étatique ? Ou de tenir leurs promesses électorales, de respecter le pacte de confiance qu’ils ont établi avec leurs électeurs ?

Pour Corinne Lepage, ex-Ministre de l’Environnement du Gouvernement d’Alain Juppé entre 1995 et 1997 et qui publie le 11 septembre 2014 « L’Etat nucléaire » chez Albin Michel, en France « le nucléaire est totalement imbriqué dans l’État. C’est ce qui explique que, malgré le coût exorbitant, nous continuons, seuls au monde, à vouloir le tout-nucléaire.»

Sans confiance, on ne peut pas gouverner. En matière d’énergie, qui est à la base de toute activité, la démocratie française est malade. Un pays qui n’a pas de perspective claire et démocratiquement choisie en matière d’avenir énergétique n’a pas d’avenir tout court.

Par Olivier Daniélo

Posté le par La rédaction


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !