#

Chromatographie

Chromatographie dans actualités

PublicitéDevenez annonceur

Toute l'actualité


Chromatographie dans les livres blancs


Chromatographie dans les ressources documentaires

  • Article
  • |
  • 10 mars 2017
  • |
  • j2787

Chromatographie de partage centrifuge

La chromatographie de partage centrifuge CPC est un procédé de séparation reposant sur la distribution des solutés entre deux phases liquides non miscibles dont l'une est maintenue stationnaire par une force centrifuge. L’absence de support solide confère à cette technique séparative une capacité et une versatilité faisant d’elle un outil de choix pour les séparations délicates. Les modes de fonctionnement tirent parti de la nature fluide de la phase stationnaire. Une synthèse des connaissances disponibles sur l’hydrodynamique des phases stationnaire et mobile et sur la modélisation du procédé intégrant les aspects de transfert est proposée dans cet article pour optimiser la séparation (productivité, rendement) et la transposer à une plus grande échelle.

  • Article
  • |
  • 10 sept. 2016
  • |
  • p1460

Chromatographie en phase supercritique

Cet article rassemble les propriétés des fluides supercritiques intéressantes pour la chromatographie et leur influence sur les séparations : la masse volumique et le pouvoir solvant du fluide supercritique sont comparables à ceux d'un liquide, et sa plus faible viscosité procure des cinétiques de séparation très favorables avec des séparations 3 à 10 fois plus rapides qu’en phase mobile liquide. Concernant les phases stationnaires utilisées en colonnes remplies et le principe de l’appareillage, l’article insiste sur les points spécifiques de la technique avant de terminer par des exemples d’applications choisis pour illustrer tous ces avantages.

  • Article
  • |
  • 10 sept. 2016
  • |
  • p1496

Chromatographie de partage centrifuge

La chromatographie de partage centrifuge, parfois appelée chromatographie à contre-courant, est une technique de séparation chromatographique présentant la particularité de mettre en oeuvre une phase mobile liquide au contact d’une phase stationnaire liquide. Utilisée aussi bien à l’échelle laboratoire qu’industrielle, la colonne biphasique résultante offre des avantages notables en termes de sélectivité et de capacité de charge, tout en nécessitant un appareillage adéquat. Cet article détaille les principes théoriques de la technique, les différents instruments et modes d’utilisation ainsi que quelques exemples d’application. L’objectif est ici d’offrir au lecteur une vue d’ensemble de la chromatographie de partage centrifuge et de son potentiel encore peu exploité.

  • Fiche
  • |
  • 06 mars 2015
  • |
  • 1413

Validation de la robustesse d’une méthode analytique par plan d’expériences

La robustesse d’une méthode d’analyse est une mesure de sa capacité à supporter sans conséquence de petites variations des paramètres internes à la méthode (pH, débit…). Il s’agit de variations de l’ordre de grandeur de celles qui pourraient se produire lors de la mise en application de la méthode en conditions normales d’usage. La robustesse permet donc d’évaluer la fiabilité d’une méthode dans ses conditions d’usage de routine.

Plusieurs guides de référence sont mis à la disposition des qualiticiens pour la validation de méthodes analytiques. Les travaux de la Commission d’harmonisation internationale (ICH pour International Conference Harmonisation) avec le guide Q2 (R1) constituent un des documents de référence en la matière. Notons que si la validation de la robustesse n’est pas listée dans les critères obligatoires définis par l’ICH pour la validation d’une méthode analytique, il est notoire que l’étude de la robustesse doit être considérée à une étape appropriée du développement de la procédure d’analyse.

Les fiches pratiques répondent à des besoins opérationnels et accompagnent le professionnel en le guidant étape par étape dans la réalisation d'une action concrète.

  • Fiche
  • |
  • 03 avr. 2015
  • |
  • 1469

La mole et le système international d’unités (SI)

La métrologie est la « science des mesures et ses applications » (VIM §2.2). En fait, historiquement, la métrologie avait plutôt un but politique : il s’agissait d’instaurer un système unique d’unités de mesure qui régulerait les activités techniques et économiques d’un pays. C’est en Chine, durant le 2siècle avant JC, qu’aurait eu lieu la création d’un premier système unique de mesure et de monnaie. Aujourd’hui, on parle de système international d’unités ou SI car la grande majorité des pays l’ont adopté. Il existe cependant quelques persistances obsolètes, comme le gallon ou le mile aux États-Unis, ou le baril pour les pétroliers et le degré Celsius en chimie.

Si vous êtes dans un laboratoire accrédité, régulièrement audité par le CoFRAC, la norme ISO 17025 vous demande « d’assurer la traçabilité des étalonnages et des mesurages effectués par le laboratoire par rapport au système international d’unités (SI) ». En conséquence, il n’est pas inutile de se pencher sur la façon dont fonctionne le SI.

Les fiches pratiques répondent à des besoins opérationnels et accompagnent le professionnel en le guidant étape par étape dans la réalisation d'une action concrète.

  • Fiche
  • |
  • 22 mai 2015
  • |
  • 1485

Les différentes stratégies et techniques de prélèvements

Cette fiche vous permet d’approcher les différentes techniques de prélèvement de polluants atmosphériques. En milieu professionnel, l’employeur doit s’assurer que les concentrations des agents chimiques dangereux ne dépassent pas les valeurs limites d’exposition professionnelle. De plus, certains exploitants d’établissements recevant du public (ERP) doivent également surveiller la qualité de l’air intérieur de leurs locaux.

Cette fiche ne traite pas le cas particulier de l’amiante.

Les fiches pratiques répondent à des besoins opérationnels et accompagnent le professionnel en le guidant étape par étape dans la réalisation d'une action concrète.


INSCRIVEZ-VOUS AUX NEWSLETTERS GRATUITES !