#

Flottation

Technique de séparation fondée sur des différences de densité et/ou d'hydrophobicité des éléments à séparer. Elle est utilisée par exemple dans le traitement des eaux usées pour éliminer les graisses.

Flottation dans actualités

PublicitéDevenez annonceur

Toute l'actualité


Flottation dans les ressources documentaires

  • Article de bases documentaires
  • |
  • 10 juil. 2002
  • |
  • Réf : G1270

Traitements physico-chimiques de la pollution insoluble

Les activités industrielles génèrent selon le ou (les) types de fabrication des rejets polluants continus ou discontinus d’une extrême diversité. Ces rejets par opposition aux eaux usées domestiques présentent des caractéristiques physico-chimiques très variables qui peuvent fluctuer notablement en cours de journée, d’une semaine à l’autre, voire de façon saisonnière pour certaines fabrications. On a affaire à des mélanges de composition hétérogène, qui renferment des matières organiques et minérales à l’état insoluble ou en dissolution, dont certaines peuvent avoir un caractère toxique plus ou moins marqué. La dépollution des rejets industriels , compte tenu de leur hétérogénéité de composition, conduira toujours à la conception d’une chaîne de traitements assurant par étapes successives l’élimination – en fonction des objectifs visés pour la qualité de l’eau traitée – des différents polluants que renferment les eaux résiduaires industrielles (ERI). On procède tout d’abord à des traitements assurant l’élimination de la pollution insoluble, constituée de particules solides plus ou moins finement dispersées et de substances liquides non miscibles à l’eau (huiles, hydrocarbures) à l’état libre et/ou plus ou moins émulsionné. C’est l’objet des traitements physico-chimiques qui ne constituent, souvent, qu’une étape de la chaîne de traitements des rejets industriels. Dans cet article, nous procéderons : à l’inventaire puis à un rappel sommaire des principes généraux des différentes méthodes de traitement par voie physico-chimique applicables aux rejets industriels ; à la description des technologies de traitement des différents procédés assurant l’élimination de la pollution insoluble, en situant les critères de dimensionnement, les performances pouvant être obtenues et les domaines d’applications industrielles. L’étude complète du sujet comprend les articles : G 1270 - Traitements physico-chimiques de la pollution insoluble (le présent article) ; G 1271 - Traitements physico-chimiques de la pollution soluble.

  • Article de bases documentaires
  • |
  • 10 mars 2002
  • |
  • Réf : M2240

Cuivre : ressources, procédés et produits

Le cuivre occupe, en tonnage, la troisième place derrière l’acier et l’aluminium. Actuellement ses réserves mondiales se situent aux alentours de 300 Mt pour une coupure économique à 0,5 % de cuivre. Les utilisations tiennent compte des propriétés fonctionnelles de ce métal : conductivités électrique et thermique, résistance à la corrosion, ductilité, aptitude à recevoir des revêtements divers, aptitude au soudage et au brasage, propriétés fongicides. Le secteur de la construction électrique est le premier consommateur et des usages nouveaux apparaissent notamment dans le domaine de la haute technologie. L’enrichissement des minerais par voie physique et physico-chimique, ou minéralurgie, concerne 80 % du cuivre primaire. Dans la plupart des cas cet enrichissement est réalisé par flottation et le concentré obtenu est traité par fusion ou pyrométallurgie. Le traitement direct du minerais par voie chimique, ou hydrométallurgie, ne s’applique qu’aux minerais oxydés. Cet article a pour objet d’aborder l’économie du cuivre, les différents minerais, la mise en valeur des gisements, le coût des opérations métallurgiques ainsi que la fabrication des profilés et laminés à partir de formats métalliques compacts, coulés auparavant en barres, lingots, plaques et billettes. L’étude complète du sujet comprend les articles : — M 2 240 - Cuivre : ressources, procédés et produits (le présent article) ; —  M 2 241 - Pyrométallurgie et électroraffinage du cuivre ; —  M 2 242 - Hydrométallurgie du cuivre ; — M 2 243 - Recyclage du cuivre et environnement ; — Doc. M 2 244 - Métallurgie du cuivre.

  • Article de bases documentaires : RECHERCHE ET INNOVATION
  • |
  • 10 juil. 2012
  • |
  • Réf : RE215

Nanoparticules polluant les milieux liquides : quels procédés pour les éliminer ?

L'engouement actuel pour le développement de nouvelles nanoparticules, dans des secteurs d'activités très divers, conduit à trouver d'ores et déjà ces nouveaux objets dans les rejets industriels et/ou domestiques, voire dans les ressources en eau. Les nanoparticules se distinguent des polluants solides habituels par leur très petite taille, par leur surface spécifique très importante, et par la présence de composés divers adsorbés à leur surface, ce qui rend nécessaire l'adaptation des procédés de traitement.


INSCRIVEZ-VOUS AUX NEWSLETTERS GRATUITES !