#Gros oeuvre

Retour

#Gros oeuvre dans actualités

Il faut des

En ce moment

13 janvier 2017

Il faut des "coupe-circuits" pour se protéger des robots, plaident des eurodéputés

L'inexorable expansion de la présence des robots nécessite un encadrement législatif, ont plaidé jeudi des eurodéputés, enjoignant la Commission européenne à définir des règles dans l'UE, comme la présence obligatoire de "coupe-circuits" pour protéger les humains d'une éventuelle menace.

En Chine, des robots garent tout seuls les autos

AFP

12 janvier 2017

En Chine, des robots garent tout seuls les autos

En Chine, des robots orange et plats glissent leurs pales sous des voitures à l'arrêt, puis les emportent vers des places de parking. Avantages? Optimiser l'espace et réduire le stress du chauffeur, vantent ses créateurs.

Démoclès : améliorer le recyclage dans le bâtiment

En ce moment

03 octobre 2016

Démoclès : améliorer le recyclage dans le bâtiment

Le projet Démoclès, coordonné par l’éco-organisme Récylum et lancé en novembre 2014, vient de livrer ses premières conclusions. Il démontre qu'il est possible de passer d'un taux de recyclage de 35 % à 80 % d'ici 2020 pour les déchets des chantiers de démolition ou de réhabilitation. Cela grâce à une plus grande implication des maîtres d’ouvrage et un meilleur conditionnement des déchets.

#gros oeuvre Dans les articles et les fiches des ressources documentaires

Référence 0233

Vous avez décidé d’utiliser la technique du brainstorming pour trouver des idées nouvelles avec un groupe de travail.

Vous voulez savoir comment vous y prendre concrètement :

  • En quoi consiste un brainstorming ?
  • La préparation : que faites-vous avant une séance de brainstorming ?
  • Comment organiser la séance : durée, conditions matérielles...?
  • Comment se déroule une séance de brainstorming ?
  • Et après la séance, que faites-vous ?
Référence 0375

Vous devez dynamiser l’amélioration continue de votre SMQ. La mise en place de l’amélioration est une étape préalable à la mise en place de l’amélioration participative.

L’animateur de l’amélioration participative doit absolument être l’encadrant des collaborateurs. En tant que responsable qualité, restez dans votre rôle de support méthodologique. L’amélioration participative ne se limite pas à la production. Elle concerne l’ensemble du personnel.

  • Quel outil d’animation faut-il mettre en place ?
  • Quel est le principe de l’amélioration participative ?
  • Comment créer une dynamique de l’amélioration participative ?

Un outil de suivi de l’amélioration participative va vous permettre de suivre globalement l’amélioration participative de votre secteur. La communication des progrès réalisés par vos collaborateurs se fait à travers un tableau de bord.

Référence 0661

L’analyse fonctionnelle intervient au premier stade d’un projet de conception de produit, système ou sous-système.

Elle permet d’exprimer le besoin de l’utilisateur en termes de fonction et de réaliser un cahier des charges fonctionnel (CdCF). Une étude bien menée permet la créativité et l’innovation. En poursuivant avec une analyse de la valeur (AV), la mise sur le marché d’un produit innovant est en général couronnée de succès.

Vous êtes ingénieur dans une petite ou moyenne entreprise et la direction vous confie le projet de création d’un produit suite à une demande d’un utilisateur (ou client). Vous n’avez pas forcément les services spécialisés en interne pour répondre aux questions qui se posent et réaliser une analyse fonctionnelle (AF). À vous de trouver les réponses au sein de votre entreprise ou en utilisant des compétences externes.

L’hypothèse est que vous avez carte blanche pour vous organiser, créer un groupe de travail et réaliser une analyse fonctionnelle (AF) de la demande du client. Vous pouvez vous faire aider par un consultant externe, qui saura, avec un œil neuf, vous guider plus rapidement vers la maîtrise de cet outil et vous orienter en cas d’incertitude.

Référence tba1200
Lors de la construction d’un ouvrage, les entreprises ont la possibilité de recourir à la « préfabrication ». La préfabrication peut être réalisée par l’entreprise sur le chantier, en atelier ou bien encore par des tiers. Elle peut représenter un gain de temps, de productivité et un coût moindre, ce qui peut se révéler très intéressant, d’autant qu’elle concerne un grand nombre d’éléments de construction : ces éléments peuvent être de matériaux divers (fer, terre cuite, plâtre, béton,…) et de taille très variée (entrevous de plancher, cloisons, voire éléments porteurs). Ces composants industriels préfabriqués font l’objet de la première partie de cet article où ils sont listés suivant leur adaptation à la nature de l’ouvrage (maison individuelle, logement collectif, bâtiment industriel ou bien encore établissement recevant du public). Toutefois, recourir à la préfabrication est une décision complexe. Ce choix important doit se faire en prenant en compte plusieurs points : le mode de fabrication (la préfabrication sera-t-elle industrielle ? Foraine ?), le type de préfabrication (concernera-t-elle le gros œuvre ? Le second œuvre ?), les incidences qu’auront ses choix sur le transport ? La mise en œuvre ? Le mode de construction ? Toutes ces questions sont développées dans la deuxième partie de cet article. Le lecteur est invité à consulter également les articles : L'économie du projet TBA1210 , La préfabrication : point de vue de l'entrepreneur TBA1215 et Préfabrication : études de cas TBA1220 , pour plus de détails sur ces différents sujets.
Référence tba1210
Lors de la construction d’un ouvrage, une entreprise peut être tentée de recourir à la préfabrication pour la conception de certains composants, partant du principe que cette technique est forcément génératrice d’économie. Malheureusement, cette conclusion est un peu hâtive : si la préfabrication peut se révéler intéressante dans certains cas, elle ne l’est pas systématiquement. Aussi est-il primordial de bien analyser la situation avant de se lancer, et de bien prendre en compte le projet dans sa globalité. Dans une première partie, cet article développe la démarche qu’il faut suivre lorsque l’on veut savoir si la préfabrication est, ou non, source d’économie pour le projet (le projet étant bien sûr pris dans sa totalité). Cette démarche est illustrée par un exemple qui détaille le coût de la réalisation (déboursés secs et frais de chantier). Les exigences des différents acteurs (architectes, fabricants,…) intervenant durant l’opération doivent nécessairement être prises en compte pour chaque étape de la construction : un exemple est développé dans la deuxième partie de l’article. Le lecteur est invité à consulter également les articles : Procédé des composants industriels TBA1200 , La préfabrication : point de vue de l'entrepreneur TBA1215 et Préfabrication : études de cas TBA1220 , pour plus de détails sur ces différents sujets.
Référence tba1846
Les couvertures en terre cuite sont à la fois parmi les plus anciennes couvertures connues (époque romaine, Antiquité chinoise) et les plus répandues. Leur longévité est remarquable. Rares sont les  paysages où les toits de tuile sont absents. Ce matériau a su s’adapter aux nécessités du climat et aux situations les plus diverses. Sa grande pluralité de types ou modèles, toujours en évolution, permet généralement de réaliser toutes les formes de toitures.

#Gros oeuvre Dans toutes les offres de ressources documentaires

#Gros oeuvre dans formation

#Gros oeuvre dans conseil

#Gros oeuvre dans traduction technique