#

Materiau metallique

Materiau metallique dans actualités

PublicitéDevenez annonceur

Toute l'actualité


Materiau metallique dans les livres blancs


Materiau metallique dans les ressources documentaires

  • Article de bases documentaires
  • |
  • 10 déc. 2017
  • |
  • Réf : M3310

Compression isostatique à chaud

La compression isostatique à chaud est une technique de densification de matériaux. Sont utilisées des enceintes souvent de grande taille (plus de 1 m 3 ), conçues selon plusieurs variantes, qui fonctionnent sous forte pression de gaz neutre et peuvent atteindre des températures élevées. Elles permettent le traitement de pièces contenant des défauts résiduels, leur conférant ainsi des propriétés mécaniques améliorées (fonderie, métallurgie des poudres), mais également le frittage de poudres et l’assemblage par soudage diffusion, avec des matériaux et pour des applications très variées. Dans cet article, ces usages sont décrits et les mécanismes affectant la matière lors du traitement sont abordés.

  • Article de bases documentaires
  • |
  • 10 oct. 2017
  • |
  • Réf : M45

État métallique

Soumis à une contrainte, un solide cristallin, par exemple un solide métallique, se déforme de manière réversible tant que la contrainte appliquée est inférieure à une valeur critique, dite limite élastique, ou limite d’élasticité. Au-delà de cette contrainte critique, la déformation cesse d’être réversible : une déformation, dite déformation plastique, subsiste après suppression de la contrainte. Le solide finit par se rompre lorsque l’on poursuit la déformation. La ductilité définit l’aptitude à tolérer une déformation plastique importante, elle dépend à la fois de la nature du matériau et du type d’essai. Il est possible, par exemple, de réduire par laminage en plusieurs passes, un bloc métallique dont les dimensions sont de l’ordre du mètre à une plaque dont l’épaisseur est de l’ordre de la fraction de millimètre, soit une déformation de l’ordre de 10 3 , alors qu’en traction uniaxiale, il est difficile d’atteindre une déformation à la rupture supérieure à 1. L’étude de la déformation plastique a sans doute eu pour origine le souci de maîtriser le formage et l’utilisation des métaux, et plus généralement des matériaux. De ce fait, elle a été longtemps empirique et ce n’est que depuis quelques dizaines d’années qu’ont été élaborés les concepts nécessaires à la compréhension des phénomènes physiques se produisant lors des écoulements plastiques. Pour les solides cristallins, auxquels nous nous limiterons dans cet exposé, les mécanismes de base sont assez bien compris, mais la dynamique des écoulements est mal connue, et constitue actuellement un axe de recherche très actif. Dans cet article, nous nous proposons de décrire aussi simplement que possible les mécanismes mis en jeu lors de la déformation plastique des métaux, et plus généralement des solides cristallins. Au paragraphe  2 , nous analysons les mécanismes de déformation d’un point de vue structural ; le paragraphe  3 décrit les aspects généraux des écoulements plastiques. Des exemples précis sont donnés au paragraphe  4 . Le paragraphe  5 analyse l’état de contrainte dans un solide déformé plastiquement. La plasticité des polycristaux est analysée au paragraphe  6 , suivi d’une brève conclusion. Le lecteur trouvera en fin d'article un tableau des symboles et des abréviations utilisées.

  • Article de bases documentaires
  • |
  • 10 déc. 2017
  • |
  • Réf : TRI503

Théorie de l’usure

Cet article vise à permettre l’optimisation et la prévision de la durée de vie des contacts frottants. La loi de Preston-Archard décrit l’effet sur le volume d’usure de la force normale et de la longueur de glissement à l’aide de la vitesse d’usure. Il présente l’analyse mécanique de contacts frottants à l’aide des modèles microplastiques bidimensionnels et en déduit la vitesse d’usure de matériaux ductiles, pouvant subir de grandes déformations avant rupture. Il discute la validité expérimentale de ce modèle dans le cas des matériaux métalliques et compare cette approche à celles des autres modèles connus.

  • Article de bases documentaires : FICHE PRATIQUE
  • |
  • 07 avr. 2012
  • |
  • Réf : 0810

Devez-vous mesurer ou contrôler votre produit ?

Cette fiche vous permettra de faire la différence entre les différents outils métrologiques, afin de disposer du moyen de contrôle ou de mesure le plus approprié pour le contrôle qualité de votre produit.

Comment déterminer le type de contrôle ou de mesure à mettre en œuvre pour votre produit ?

Les points suivants seront abordés :

  • Quelle est la différence entre mesure et contrôle ?
  • Pourquoi mesurer ou contrôler ?
  • Comment savoir si mon produit fera l’objet de contrôles réglementés ?
  • Quels sont les moyens de mesures ?
  • Quel type de contrôle dois-je mettre en œuvre ?

Un outil incontournable pour comprendre, agir et choisir- Nouveauté !

  • Article de bases documentaires : FICHE PRATIQUE
  • |
  • 07 août 2012
  • |
  • Réf : 0962

Améliorer vos assemblages actuels

Votre projet de conception de produit comprend les assemblages de différentes pièces. Vous êtes régulièrement confronté à des non-conformités dans les assemblages que vous produisez et souhaitez les améliorer.

Pour accroître les performances de vos assemblages, vous devez :

  • contrôler l’assemblage et analyser les problèmes de fracture ;
  • anticiper les principaux facteurs d’échec ;
  • agir sur les paramètres de l’assemblage.

Un outil incontournable pour comprendre, agir et choisir- Nouveauté !

  • Article de bases documentaires : FICHE PRATIQUE
  • |
  • 07 sept. 2012
  • |
  • Réf : 0974

Choix des matériaux dans une conception innovante

Lors d’un projet de conception d’un produit innovant vous voulez vous assurer de bien choisir les matériaux pour améliorer ses chances de réussite. Nous vous proposons une démarche en cinq étapes clés.

L’objectif est d’obtenir une liste viable des matériaux et des processus correspondants à un ensemble d’exigences de conception. Évaluer la viabilité d’un matériau, c’est vérifier si le bilan de ses attributs techniques, économiques, environnementaux et légaux est favorable. Ceci implique un modèle technique où les préférences de l’utilisateur et la personnalité du produit seront pris en compte, ainsi qu’un modèle des coûts et une identification préalable du marché et du niveau de valeur ajoutée potentielle générée par le produit. Ainsi, il s’agit de répondre aux questions suivantes :

  • Quelles sont les exigences de conception ?
  • Quelle stratégie mettre en place pour faire un choix des matériaux viables ?
  • Comment faire une synthèse et une priorisation ?

Méthodes, outils, pilotage et cas d'étude


INSCRIVEZ-VOUS AUX NEWSLETTERS GRATUITES !