Logo ETI Quitter la lecture facile

AFP

Energie: le médiateur s’inquiète des « mauvaises pratiques » persistantes des fournisseurs

Posté le par La rédaction dans Énergie

Le médiateur de l'énergie s'inquiète des "mauvaises pratiques" des fournisseurs de gaz et d'électricité, qui persistent dans un contexte de progression de la concurrence, selon son bilan annuel publié mardi.

« Si le développement de la concurrence dans le secteur de l’énergie est une bonne chose, la recrudescence de mauvaises pratiques qui l’accompagne l’est moins », a souligné le médiateur dans un communiqué.

« Méthodes commerciales douteuses » et « promotions faussement alléchantes sont autant de facteurs susceptibles de faire perdre confiance aux consommateurs », a-t-il ajouté.

L’institution, créée en 2006 pour défendre les consommateurs d’énergie avec l’ouverture à la concurrence du secteur, indique avoir été saisie de près de 17.000 litiges l’an dernier, soit une hausse de 16% par rapport à 2017. Un peu plus de 5.000 ont fait l’objet d’une médiation.

La plupart des catégories de litige ont augmenté, mais « certaines plus que d’autres », en particulier les désaccords autour de la facturation. Les consommateurs remettent avant tout en question le niveau des consommations facturées.

Engie et l’italien Eni arrivent à nouveau en tête des fournisseurs pointés du doigt pour leurs pratiques commerciales (contestations de contrat et démarchage trompeur ou déloyal). Eni est également resté celui ayant enregistré le taux de litiges le plus important.

En ce qui concerne les litiges traités relatifs au raccordement ou au réseau, ceux liés au déploiement des compteurs Linky ont plus que doublé (330 en 2018 contre 121 en 2017).

Parmi les problèmes rencontrés, des fils mal rebranchés ont empêché le bon fonctionnement des équipements du foyer.

« Dans un marché de l’énergie en pleine mutation, avec l’intensification de la concurrence, la transition énergétique, le déploiement des compteurs communicants, la suppression des tarifs réglementés de vente de gaz naturel, et des prix qui ne cessent d’augmenter, les consommateurs ont plus que jamais besoin d’être protégés, en particulier les plus précaires », a commenté le médiateur.

La loi Pacte, adoptée début avril, autorise le gouvernement à programmer la fin du tarif réglementé de vente du gaz naturel au 1er juillet 2023.

Pour l’institution, il est « primordial d’anticiper et d’informer largement les Français afin que cette transition se fasse dans de bonnes conditions ».

« La vigilance sera de mise pour contrer fausses informations et pressions ».

vac/fka/LyS

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 Agence France-Presse. »

Posté le par La rédaction


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !