Logo ETI Quitter la lecture facile

Fukushima: des experts privilégient l’option du rejet en mer de l’eau contaminée

Posté le par AFP dans Environnement

Un sous-comité d'experts japonais s'est prononcé vendredi pour l'option du rejet en mer de l'eau contaminée au tritium issue de la centrale nucléaire accidentée de Fukushima, tout en exigeant des précautions pour limiter les dégâts sur l'image de la région.

A l’issue d’une énième réunion, les membres de cette instance créée par le ministère de l’Industrie (Meti), ont estimé que parmi les diverses solutions proposées, celle du déversement lent par dilution dans l’océan Pacifique était la plus réaliste, devant celle de l’évaporation.

« Compte tenu que ce type de rejet en mer est déjà pratiqué au Japon et à l’étranger depuis des centrales en activité, cette opération est plus faisable que l’évaporation » dans l’air, a écrit le comité.

« Mais il faut bien noter qu’en termes de quantité d’eau et de tritium, ce ne sera pas identique à ce qui était rejeté avant l’accident », a précisé la sous-commission.

La décision finale reviendra au gouvernement.

Une quantité massive d’eau contaminée est stockée dans un millier de citernes sur le site de la centrale de Fukushima Daiichi, ravagée par le tsunami de mars 2011. Elle provient de la pluie, des nappes souterraines ou d’injections nécessaires pour refroidir les coeurs des réacteurs entrés en fusion après le tsunami.

Filtrée à plusieurs reprises, cette eau sera à terme débarrassée d’une grande partie des radionucléides, sauf le tritium, considéré comme moins dangereux pour l’environnement et les êtres vivants.

Un stockage durable, que recommandaient des organisations écologistes comme Greenpeace, a été écarté en fin d’année dernière: ne restait comme choix que la dilution en mer, l’évaporation dans l’air ou une combinaison des deux.

Des experts, dont ceux de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), poussent depuis des années pour la dilution en mer.

Même si ce choix est fait, ce n’est pas faisable dans l’immédiat car, comme l’a reconnu la compagnie Tokyo Electric Power (Tepco), une grande partie de cette eau est encore lourdement chargée en autres éléments radioactifs dangereux pour la chaîne alimentaire. Il faut refiltrer 80% de l’eau actuellement stockée.

Tepco estime cependant que les citernes sur place seront pleines en 2022.

Une décision finale ne devrait pas être prise avant les Jeux olympiques de Tokyo cet été, compte tenu des risques diplomatiques et d’image pour le pays.

Le Japon devrait en effet rencontrer une forte opposition, qui s’exprime déjà, des pêcheurs et agriculteurs de la région, ainsi que des organisations environnementales et de pays voisins, à commencer par la Corée du Sud.

kap/etb/lch

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2020 Agence France-Presse. »

Posté le par AFP

Les derniers commentaires

  • pfffff toute cette comédie pour 16g de tritium qui sont rejetés en 1 an a la Hague alors qu’ils parlent ici de 10 ans de rejets pour la même quantitée …

    La peur des raionucléides par des pôpulations ignorantes atteint des sommets pour pousser au gaspillage d’arfgent public au profit de certains ONG et entreprises privées bien opportunes.


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !