Logo ETI Quitter la lecture facile

Isolation : associer réduction de l’empreinte carbone et innovation

Posté le par La rédaction dans Matériaux, Biotech & chimie

Point sur les solutions disponibles et sur les nouveaux matériaux qui pourraient rapidement devenir les isolants du futur.

L’écologie est sans conteste un sujet qui mérite une attention spécifique car il en va de l’avenir de notre planète. L’isolation est par ailleurs un excellent moyen de limiter considérablement l’empreinte carbone. Zoom sur les innovations en la matière.

Les solutions actuellement disponibles

Les matériaux isolants se multiplient dans les commerces spécialisés. On retrouve notamment la laine de verre et la laine de roche, entre autres options courantes. Leur principal inconvénient réside au niveau de leur importante épaisseur qui occasionne une réduction de l’espace à vivre. Les murs sont en effet plus épais. Par ailleurs, l’isolation des murs ne suffit pas à limiter la consommation énergétique du bâtiment. Il faut isoler le toit, les vitrages et éventuellement le sol. Tout cela engendre des dépenses relativement élevées en fonction des spécificités de la construction à isoler.

L’émergence de nouveaux matériaux

Le principal inconvénient d’une rénovation de l’isolation réside dans l’importance des travaux engendrés.  Les propriétaires ne sont donc pas enclins à revoir leur intérieur dans sa quasi-totalité. Des techniques d’isolation par l’extérieur naissent progressivement. Les pays nordiques ont notamment développé une technologie qui a recours au verre, ce qui évite d’engager de lourds travaux en intérieur tout en assurant une efficience énergétique optimale. Il y a également les isolants plastiques et les murs végétaux qui ont prouvé leur efficacité et qui pourraient rapidement devenir les isolants du futur.

Le nanobois, un nouveau-né controversé

Soucieux de limiter l’empreinte carbone, des Américains se sont lancés dans le développement d’un isolant révolutionnaire. Le matériau, baptisé “Nanowood” (ou Nanobois), possède des similarités avec le polystyrène mais garantit des performances nettement plus abouties. Il n’y a aucun doute quant aux propriétés isolantes qui surpassent de loin celles des matériaux actuellement sur le marché. Le prix se veut également compétitif puisque les Américains tablent sur une moyenne de 7US$ au mètre carré, l’équivalent d’environ 5,6 €. Le principal souci de ce système est qu’il est conçu avec des matériaux élaborés sur des procédés pétrochimiques. Ses inventeurs sont toutefois confiants et comptent bien poursuivre les améliorations afin de transformer le nanobois en isolant de référence.

Pour aller plus loin

Posté le par La rédaction


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !