Logo ETI Quitter la lecture facile

AFP

La France veut bâtir des champions industriels européens

Posté le par La rédaction dans Entreprises et marchés

Le ministre français de l'Economie Bruno Le Maire s'est dit déterminé lundi à faire émerger des champions industriels européens, alors que des menaces pèsent sur l'union Alstom-Siemens destinée à créer un géant ferroviaire face à la Chine.

« Est-ce que nous voulons que l’Europe soit vassalisée et que le marché unique devienne le supermarché de toutes les grandes puissances, Chine et Etats-Unis qui viendront y vendre leurs produits, ou est-ce que nous voulons que l’Europe soit puissante et souveraine? » s’est interrogé le ministre lors de ses voeux à la presse pour la nouvelle année.

« Pour être souverains, il faut notre propre industrie: nous n’avons pas vocation demain à assembler ici les automobiles dont toute la valeur ajoutée, le choix d’un système de guidage ou les batteries, aura été produite en dehors de l’Union européenne », a-t-il souligné.

« La volonté que nous avons avec mon homologue allemand Peter Altmaier d’avancer ensemble sur les batteries électriques pour l’industrie automobile ou sur l’intelligence artificielle marque notre détermination à avoir une véritable stratégie industrielle et à mettre en place des champions industriels, dans le domaine ferroviaire par exemple avec Alstom et Siemens », a souligné Bruno Le Maire.

Selon la presse, l’autorité allemande de la concurrence a émis de « sérieux doutes » sur la fusion projetée des groupes ferroviaires allemand et français, jugeant les concessions proposées « ni pertinentes, ni suffisantes ». La commissaire européenne chargée de la Concurrence, Margrethe Vestager, avait de son côté exprimé ses craintes le mois dernier quant aux effets d’une fusion Siemens-Alstom, après avoir été alertée par les autorités de la concurrence britannique, néerlandaise, belge et espagnole.

« Les Chinois sont en train, filière par filière, de sortir des leaders mondiaux à une vitesse stupéfiante », a commenté la secrétaire d’Etat Agnès Pannier-Runacher en marge des voeux de M. Le Maire.

Dans le ferroviaire, le géant chinois CRRC est aujourd’hui présent aux quatre coins du globe pour conquérir des parts de marché.

« L’enjeu ne peut se jouer qu’au niveau européen, probablement en nous y prenant autrement et en étant plus pugnaces, plus agressifs au plan européen pour monter ces champions », a-t-elle estimé.

« Ca suppose de réinventer l’Europe industrielle, l’Europe de la concurrence, et effectivement d’avoir une approche du commerce international fondée sur le libre-échange, mais le libre-échange basé sur une concurrence équitable », a poursuivi la secrétaire d’Etat.

boc/soe/ide

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 Agence France-Presse. »

Posté le par La rédaction


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !