Logo ETI Quitter la lecture facile

AFP

La qualité environnementale des grands projets se dégrade (Autorité environnementale)

Posté le par La rédaction dans Environnement

Projets autoroutiers, énergétiques, d'aménagement ou encore plans nitrates... Les plans et grands projets pèchent bien souvent en matière environnementale, déplore dans son bilan 2018 l'Autorité environnementale (AE), qui constate une dégradation de la situation.

Selon l’AE, autorité indépendante chargée de produire des avis, les projets soumis prennent rarement en compte les émissions de gaz à effet de serre (GES) ou la pollution atmosphérique générées par le chantier puis l’exploitation de l’infrastructure.

« Dans le domaine du bruit, les mesures de protection restent trop souvent définies a minima » et « la prise en compte de la biodiversité insuffisamment ambitieuse pour ralentir son érosion et la perte d’espaces naturels », ajoutent les membres de l’Autorité, dans l’éditorial ouvrant leur rapport annuel, publié mardi.

Quant aux plans d’action nitrates, « au vu du 6e plan national et des 10 plans régionaux qui le complètent, ils ne démontrent pas en quoi ils sont susceptibles de réduire les concentrations dans les eaux souterraines et superficielles ».

Les avis de l’AE « soulèvent régulièrement la question de la cohérence des projets présentés avec les grandes orientations » environnementales, qu’il s’agisse de lutte contre le réchauffement ou de freiner le grignotage des espaces naturels, remarque l’organisme.

« Le grand public se mobilise (sur le climat, ndlr), mais dans les dossiers que nous instruisons il n’y a quasiment aucune évaluation de l’impact des GES, ou ce n’est pas fait correctement », a relevé mardi le président de l’AE Philippe Ledenvic. Et ce que les porteurs de projets soient des acteurs privés (concessionnaires d’autoroutes par exemple) ou des collectivités.

Organe indépendant de 15 membres (ingénieurs, inspecteurs généraux de l’environnement, personnes qualifiées), l’AE, créée en 2009, a remis en 2018 107 avis, notamment sur des projets routiers et autoroutiers, ou énergétiques.

Créées en 2016, les missions régionales d’Autorité environnementale (MRAE) ont produit 1.765 avis, deux fois plus qu’en 2017, ce qui pose la question de leurs moyens, souligne le bilan.

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 Agence France-Presse. »

Posté le par La rédaction

Les derniers commentaires

  • Merci pour votre intervention.

    C’est effectivement ce que nous constatons au niveau national en ce qui concerne les projets de méthanisation « agricole ». Les études à la va-vite, extrêmement incomplètes d’un point de vue environnemental, démontrent parfaitement vos propos. Aucune étude d’émissions de GES et de pollution (particules fines, NOx, métaux lourds, bactéries, …) aux épandages, aucune étude d’infiltration et transformation en nitrates. C’est pourtat là que nous verrions les incidences très négatives de ce procédé chimique ! Les études MRAE sont souvent laconiques, et s’appuient sur les ARS, ADEME … qui s’appuient sur … des experts … bien souvent de grands groupes.

    Un indice simple, il n’y a aucun scientifique, chercheur en poste, indépendant, travaillant pour les missions AE.

    Nous tenions à vous faire partager notre expérience.

    Sincèrement

    Daniel Chateigner

    Pour le Collectif Scientifique National Méthanisation raisonnée (CSNM)

    https://twitter.com/CSNM9 et https://www.facebook.com/groups/445158802683181/


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !