Logo ETI Quitter la lecture facile
rechauffement-climatique-big

En ce moment

Sauf action urgente, la Terre aura gagné 1,5°C dès 2040 (projet de rapport du GIEC)

Posté le par La rédaction dans Énergie

Le monde, dans les conditions actuelles, atteindrait dès les années 2040 +1,5°C de réchauffement, le premier des seuils fixés par l'accord climat de Paris, sauf à agir urgemment, selon un projet de rapport du groupe des experts du climat de l'ONU (GIEC).

« Il existe un fort risque que, au vu des trajectoires d’émissions (de gaz à effet de serre) et des engagements nationaux actuels, la Terre se réchauffe de plus de 1,5°C par rapport aux niveaux pré-industriels, générant des risques associés », prévient le projet de texte, dont l’AFP a obtenu une copie. « Aux taux de réchauffement présents, la température globale moyenne atteindrait 1,5°C d’ici les années 2040 ».

Vu la persistance des gaz dans l’atmosphère, le monde n’a plus devant lui que 12 à 16 ans d’émissions au rythme actuel, s’il veut garder 50% de chances de s’arrêter à +1,5°C.

Ce rapport a été commandé au GIEC après l’adoption de l’accord de Paris fin 2015 sous l’égide de l’ONU.

Cette somme d’un millier de pages, synthèse des recherches scientifiques mondiales, doit être présentée à l’automne 2018, et accompagnée d’un « résumé pour les décideurs politiques » adopté par consensus par les gouvernements.

Interrogé par l’AFP, le GIEC note que le texte peut encore évoluer.

Avec l’accord climat, les Etats se sont engagés à agir pour limiter le réchauffement « bien en-deça de 2°C », et à « poursuivre les efforts pour limiter la hausse à 1,5°C » – une demande forte des îles et des pays vulnérables.

A ce stade, le monde a déjà gagné 1°C.

Le « seul » moyen de rester à 1,5°C est d' »accélérer la mise en oeuvre d’actions rapides, profondes, multi-sectorielles », selon le document de travail du Giec: réduire « fortement » la demande d’énergie par habitant, développer les énergies renouvelables (qui doivent devenir source dominante d’énergie primaire à partir de 2050), décarboner le secteur électrique d’ici la moitié du siècle, en finir « rapidement » avec le charbon.

Ce document rappelle que +1,5° ou +2° de réchauffement, cela fait une différence (intensité des cyclones, sécheresses, ressource en eau…). Mais à 1,5°C, le seuil serait déjà franchi pour la fonte des calottes du Groenland et de l’Ouest Antarctique, promesse d’élévation du niveau des mers.

Pour rester sous 1,5°C, il faudra aussi extraire du CO2 de l’atmosphère, en particulier via les forêts, rappelle le projet de rapport. Il faudra en outre s’attaquer aux gaz autres que le CO2, notamment le méthane.

Le rapport met en revanche en garde contre certaines solutions de géo-ingénierie, qui voudraient notamment manipuler le rayonnement solaire.

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 Agence France-Presse. »

Pour aller plus loin

Posté le par La rédaction

Les derniers commentaires

  • Le GIEC fait une erreur de taille. Au rythme des émissions de gaz carbonique seulement, la température globale de la terre aura augmenté de 3 °C en 2050.
    Le problème est qu’au-delà des 3°C le système peut s’emballer en raison d’une part de la moindre absorption des océans en raison de leur acidification (voir la mortalité des récifs coralliens) et du dégel du permafrost sibérien qui laissera s’exhaler des quantités importantes de méthane.
    Le nucléaire est une grande partie de la solution mais il est déjà tard. Il faudrait faire des efforts gigantesques.


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !