Logo ETI Quitter la lecture facile
Visuel AFP

AFP

5G: pas besoin de moratoire car pas de risque sur les fréquences attribuées (Pompili)

Posté le par AFP

Barbara Pompili a rejeté mercredi l’idée d’un moratoire sur les futures enchères sur les fréquences 5G qui ne présentent « aucun risque » sanitaire, plaidant dans le même temps pour une sobriété numérique « qui n’est pas un retour à la lampe à pétrole ».

« Il est tout à fait normal de se poser des questions et nous on est là pour essayer d’y apporter des réponses », a déclaré la ministre de la Transition écologique sur Europe 1, alors que le président Emmanuel Macron a balayé l’idée d’un éventuel moratoire sur le lancement de cette nouvelle technologie, renvoyant ironiquement les sceptiques à « la lampe à huile ».

Les membres de la Convention citoyenne pour le climat, qui avaient recommandé un tel moratoire dans leurs propositions remises en juin au chef de l’Etat, « nous ont dit qu’il faudrait peut-être prendre le temps pour vérifier s’il n’y a pas de problème sanitaire et pour vérifier comment on peut faire pour qu’il n’y ait pas trop de problèmes environnementaux, » a déclaré Mme Pompili.

Cette demande de moratoire a été reprise dimanche par 70 élus de gauche et écolos dans une tribune publiée par le JDD.

« Le moratoire a un intérêt à partir du moment où on n’a pas les données et justement on a un rapport qui est sorti hier (mardi) qui nous donne des données et qui nous précise que sur les bandes qui vont être occupées d’ici la fin de l’année il ne va y avoir en gros aucun risque si on respecte les normes, » a poursuivi la ministre.

Selon ce rapport, commandé par le gouvernement au début de l’été, il n’y a pas « d’effets néfastes avérés à court terme en-dessous » des valeurs limites recommandées concernant l’exposition aux ondes électromagnétiques.

« Toute la littérature scientifique nous dit que sur la bande des 3,5 gigahertz, (…) qui est concernée par les enchères qui vont être lancées à la fin du mois, il n’y a pas de sujet », a souligné la ministre, en relevant que cette bande de fréquence « est utilisée depuis longtemps ».

Répétant ces arguments mercredi après-midi devant la commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale, Mme Pompili a dans le même temps insisté sur la nécessité de se pencher sur l' »impact écologique » d’une technologie qui « risque d’augmenter les émissions de gaz à effet de serre ».

« On va élaborer une stratégie de sobriété numérique » pour voir « quels usages on peut essayer de réduire », a-t-elle ajouté, évoquant des rapports sur ce thème du régulateur des télécoms Arcep et de l’Ademe attendus avant la fin de l’année.

« On peut se dire: comment on fait pour acquérir une culture de la sobriété. Une culture de la sobriété numérique, ça ne veut pas dire le retour à la lampe à pétrole », a encore déclaré la ministre, plaidant pour éviter le gaspillage aussi dans ce secteur.

Les enchères pour l’attribution des premières fréquences de la 5G en France doivent se tenir fin septembre, ouvrant la voie à de premières offres commerciales d’ici fin 2020.

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2020 Agence France-Presse. »

Posté le par AFP


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !