Logo ETI Quitter la lecture facile
Visuel AFP

AFP

A Berlin, le monde du ferroviaire optimiste malgré les crises

Posté le par AFP

Dans l’immense salon InnoTrans de Berlin, on trouve de tout pour faire rouler son train, son métro, son monorail ou son tram: des rails, des bogies, des compresseurs, des pantographes, des panneaux d’affichage, des sièges, des toilettes, des climatiseurs, des couteaux et des fourchettes…

De mardi à vendredi dans la capitale allemande, le petit monde de l’industrie ferroviaire s’est retrouvé en envisageant l’avenir avec sérénité, porté par des besoins de mobilité plus écologiques et plus sobres, malgré les crises du moment.

« Nous sommes ici pour retrouver nos clients », explique Susanne Friis Eden, directrice de l’équipementier danois Dan Dryer, qui propose des tables à langer design pour les trains dans l’un des 43 halls du parc des expositions de la capitale allemande.

Elle ne les avait pas vus depuis quatre ans, l’édition 2020 du salon berlinois –qui a théoriquement lieu tous les deux ans– ayant été annulée pour cause de Covid.

« Ce n’est pas un salon dédié à l’innovation, c’est un salon dédié aux retrouvailles des gentlemen du ferroviaire pour parler des dossiers en cours », résume Jean-Pierre Cresci, analyste chez Oliver Wyman. « On remplace les réunions sur Teams par de vraies rencontres! » Mais sans grands frissons.

Les chiffres de fréquentation n’étaient pas encore connus jeudi. Si la foule polyglotte de visiteurs, plutôt masculine, est parfois imposante chez 2.834 exposants venus de 56 pays (il y en avait 3.068 en 2018), les effets des crises actuelles se font sentir.

« Il y a des mesures d’économies. Les clients viennent souvent seuls ou à deux », et non plus en délégations plus imposantes, témoigne le PDG d’Alstom, Henri Poupart-Lafarge.

Le grand constructeur chinois CRRC, qui avait fait grande impression en 2018, est resté discret cette année. Quelques vidéos un brin futuristes, une maquette, des prospectus et des hôtesses peu bavardes en ont déçu beaucoup.

Il faut dire que la percée chinoise annoncée sur le marché européen du ferroviaire n’a pas (encore) eu lieu. « On en entend moins parler qu’il y a quelque temps », confirme Alexandre Charpentier, analyste chez Roland Berger.

Les visiteurs peuvent se consoler chez le régional de l’étape, Siemens, au stand particulièrement imposant, et chez ses concurrents Alstom, Hitachi Rail, CAF, Talgo, Wabtec, Hyundai… et bien d’autres, jusqu’aux PME invitées par les bureaux d’aide aux exportations de leurs pays.

Le clou du salon est l’exposition de 124 trains, locomotives et wagons sur les 3,5 km de rails de la foire de Berlin.

– Hydrogène à gogo –

Le plaisir de se retrouver pour parler de trains et faire des affaires ne cache pas quelques inquiétudes.

« Toute l’industrie a des raisons d’être optimiste, mais le scénario macroéconomique actuel n’aide pas beaucoup », juge le directeur général du constructeur espagnol CAF, Javier Martínez Ojinaga. Incertitudes géopolitiques, pressions sur les coûts et perturbations dans la chaîne logistique érodent les marges et « contrarient les bonnes perspectives ».

« Mais à long terme, la mobilité par le rail sera gagnante », dit-il.

L’Unife –l’association européenne des constructeurs ferroviaires– prévoit un joli rebond avec une croissance de 3% par an dans le monde d’ici à 2027. En Europe occidentale, région déjà bien équipée, elle table sur +3,8% par an.

C’est sur la défense du climat que capitalise le secteur pour croître.

Avec, encore plus qu’à l’édition de 2018, des solutions pour remplacer le diesel: des batteries et de l’hydrogène. Le coréen Hyundai présente même une (petite) maquette de tram à hydrogène.

« C’est à qui montrera qu’il a le plus beau train à hydrogène », s’amuse le patron d’Alstom, dont le groupe a pris une longueur d’avance puisque ses trains sont déjà en service commercial quand ses concurrents n’en sont qu’aux essais.

Les énergies fossiles ne sont pas mortes, pourtant. Etihad Rail entend lancer des trains diesel aux Emirats, tandis que certains trains hybrides présentés ici rouleront encore en partie au gazole.

C’est notamment le cas de « Blues », un train régional trimode, diesel/électrique/batteries, lancé en grande pompe par Hitachi Rail et Trenitalia.

« Nous avons encore besoin du diesel », explique le PDG de la compagnie italienne, Luigi Corradi. « C’est très important d’avoir une solution contre la pollution dès aujourd’hui », ajoute-t-il, notant que les diesel pourront être remplacés plus tard par des batteries.

liu/tq/ico

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2022 Agence France-Presse. »

Posté le par AFP


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !