Logo ETI Quitter la lecture facile
Visuel AFP

AFP

A Toulouse, la Cité de l’espace retourne sur la Lune

Posté le par

Pour le cinquantième anniversaire des premiers pas de l’Homme sur la Lune, la Cité de l’espace de Toulouse présente une nouvelle exposition « LUNE, Episode II » afin de revivre ce moment historique en se projetant vers les prochaines missions sur le satellite de la Terre.

Une rétrospective fait revivre l’exploit de Neil Armstrong et Buzz Aldrin le 21 juillet 1969, en mettant l’accent sur toutes les innovations technologiques qui ont rendu cette aventure possible dans un milieu aussi hostile.

Le voyage immersif, sur une moquette reproduisant le sol lunaire, se poursuit ensuite en initiant le public aux défis des prochains voyages en vue d’une installation humaine durable et, à terme, d’une exploration de Mars.

Des expériences sont également proposées, telles que ramasser une roche lunaire comme un astronaute Apollo, se promener à bord d’une réplique d’un véhicule lunaire ou encore reconnaître l' »odeur » de la Lune.

Le 21 juillet, date anniversaire des premiers pas, une « Moon party » est prévue avec l’exposition d’une réplique taille réelle du poste de pilotage du module lunaire d’Apollo 11.

« Contrairement aux vols Apollo, où les astronautes restaient 48 heures seulement sur la surface de la Lune avant de rentrer, les nouveaux astronautes et visiteurs vont probablement y rester des mois », explique l’astronaute Jean-Jacques Favier, qui a effectué un vol dans l’espace en 1996 à bord de la navette Columbia.

Les astronautes seront soumis à des « rayonnements cosmiques importants, vont être en gravité réduite et vont devoir apprendre à vivre en autonomie la plus complète possible parce qu’il n’y aura pas un cargo tous les lundis matin pour rapporter l’eau, la nourriture, l’oxygène, etc. », souligne-t-il.

« Il y a énormément de choses à faire d’un point de vue scientifique. La Lune est notre voisine mais on ne la connaît que très partiellement », selon lui. Des études seront menées pour déterminer son origine, « probablement un morceau de la terre qui s’est détaché », et sur le reste du système solaire, notamment à partir de sa face cachée.

La Lune suscite de nouveau un grand intérêt et une vive compétition internationale pour y retourner et s’y installer.

La Chine a fait alunir en janvier un engin sur sa face cachée. L’Inde espère devenir au printemps le cinquième pays à s’y poser. Les Américains sont pour l’instant les seuls à avoir marché sur la Lune mais y revenir constitue désormais la politique officielle de la Nasa, selon les directives du président Donald Trump en 2017.

« Et tout cela va servir à la phase suivante, qui est le Graal pour les astronautes: aller vers Mars », se réjouit Jean-Pierre Favier.

L’exposition se termine fin 2020.

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 Agence France-Presse. »

Posté le par


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !