Logo ETI Quitter la lecture facile
Visuel AFP

AFP

Ankara prête à acheter des Patriot américains, sans renoncer aux S-400

Posté le par AFP

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a affirmé que son pays était prêt à acheter des missiles Patriot américains, mais sans renoncer aux S-400 russes dont l’acquisition a tendu les relations avec Washington, dans des propos reproduits jeudi.

M. Erdogan a fait ces déclarations, parues dans les médias turcs, à bord de l’avion le ramenant en Turquie après un entretien mercredi à Washington avec son homologue américain Donald Trump.

« J’ai dit à Trump que nous étions prêts à acheter les Patriot. Mais nous considérons que la proposition qui consiste à les acheter et à abandonner les S-400 serait un affront à notre souveraineté », a dit M. Erdogan.

Ankara a acheté le système de défense antiaérienne russe malgré les protestations de Washington, qui estime notamment que les S-400 ne sont pas compatibles avec les dispositifs de l’Otan, dont la Turquie est membre.

Les Etats-Unis affirment en outre que l’achat de ce système par Ankara, dont la livraison a commencé en juillet, met en danger les secrets technologiques du F-35, un avion de chasse américain furtif.

La Turquie a en effet commandé plus de cent de ces avions et son industrie de défense a investi des sommes importantes dans ce programme, mais les Etats-Unis ont décidé de l’en exclure après qu’elle a pris livraison des premiers S-400.

La Maison Blanche a souligné mercredi qu’il était « vital » de régler les problèmes nés de l’acquisition des S-400 par Ankara.

« Je peux dire que Trump fait de réels efforts pour résoudre ces problèmes, d’une façon qui serait respectueuse des intérêts de toutes les parties » a ajouté M. Erdogan.

En juillet, M. Trump avait accusé son prédécesseur démocrate Barack Obama d’être responsable de la situation actuelle.

« L’administration Obama ne voulait pas leur (aux Turcs) vendre des missiles Patriot », (…) Cela a duré très longtemps », avait-il avancé, assurant que lorsque la Maison Blanche avait changé d’avis, « la Turquie avait déjà signé avec la Russie et payé beaucoup d’argent ».

En octobre, un responsable américain avait affirmé que les Etats-Unis épargneraient à la Turquie de nouvelles sanctions économiques si elle choisissait de ne pas activer les S-400, mais Ankara n’a pas donné suite à cette proposition.

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 Agence France-Presse. »

Posté le par AFP


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !