Logo ETI Quitter la lecture facile
Visuel AFP

AFP

Budget: les Armées poursuivent leur remontée en puissance en 2021

Posté le par AFP

Le budget du ministère des Armées va de nouveau croître en 2021, à 39,2 milliards d’euros (+4,5%), conformément à la loi de programmation militaire 2019-2025, afin de « consolider la remontée en puissance » militaire.

Selon l’entourage de la ministre Florence Parly, ce budget « s’inscrit dans une politique claire de mise en oeuvre des engagements du président de la République: entamer et consolider la remontée en puissance de nos armées ».

Pour la troisième année de suite, il augmente de 1,7 milliard d’euros. Le projet de budget 2021 est de 22% supérieur à ce qu’il était en 2017 (32,2 milliards). Cette augmentation cumulée « représente deux années de dépenses d’équipement des armées », fait valoir l’entourage de la ministre.

Hors de ce périmètre, les crédits de la mission « Anciens combattants » continuent de diminuer (-3,4% à 2 milliards d’euros), conséquence de l’avancée en âge d’une grande partie de cette population.

Sur cette hausse de 1,7 milliard, les deux tiers seront consacrés aux programmes d’armements majeurs. En 2021, le ministère prévoit ainsi de commander 30 hélicoptères légers interarmées, une deuxième frégate de défense et d’intervention (FDI), 120 blindés légers VBL rénovés, des missiles air-air Mica, et le lancement des études devant aboutir à un démonstrateur – sorte de préprototype – en vol en 2026 du futur avion de combat développé avec l’Allemagne et l’Espagne (Scaf).

Côté livraisons, les armées recevront en 2021 une frégate Fremm de défense aérienne, 3 avions ravitailleurs A330 MRTT, 157 blindés Griffon, 20 blindés Jaguar et un satellite d’écoute électromagnétique Ceres. Seront également rénovés 14 Mirage 2000-D, 2 avions Atlantique-2 et 3 avions de transport C-130.

Les militaires français recevront 12.000 fusils d’assaut HK-416 (remplaçant du Famas) dont l’inventaire s’élèvera à 50.000 d’ici fin 2021.

Les « petits » programmes d’armement comme celui-ci représentent un total de 1,4 milliard d’euros en 2021 tandis que 5 milliards d’euros doivent être consacrés à la modernisation de la dissuasion nucléaire.

Le Service de santé des armées (SSA), fortement mobilisé pendant la crise sanitaire, bénéficiera d’un « effort spécifique » avec une hausse de 27% de son budget afin notamment de reconstituer ses stocks (masques, respirateurs…).

Côté ressources humaines, 300 emplois supplémentaires seront créés en 2021, essentiellement pour le renseignement et la cyberdéfense. Le ministère engage par ailleurs une politique de simplification de la rémunération des militaires, qui compte aujourd’hui quelque 170 primes et indemnités différentes.

Des investissements de rénovation des logements des militaires et de leurs familles seront poursuivis pour près de 400 millions d’euros dans un souci de fidélisation des effectifs.

Le montant des provisions destinées à financer les multiples opérations extérieures françaises (Sahel, Levant…) est fixé à 1,1 milliard d’euros, comme en 2020, ainsi que 100 millions pour les opérations intérieures (Sentinelle, Résilience). Mais cette année, « compte tenu du renforcement de Barkhane et de l’opération Résilience (renfort des armées pendant la crise sanitaire, ndr), ce sera très probablement supérieur » au montant budgété, selon l’entourage de la ministre.

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2020 Agence France-Presse. »

Posté le par AFP


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !