Logo ETI Quitter la lecture facile
Visuel AFP

AFP

Célébrant Gagrine, Poutine veut une Russie qui maintient son rang spatial

Posté le par AFP

Vladimir Poutine a estimé lundi que la Russie devait rester une grande puissance « nucléaire et spatiale », le jour du 60e anniversaire du vol dans l’espace de Iouri Gagarine, célébré à travers le pays.

Source de fierté en Russie, ce vol est commémoré à un moment où l’industrie spatiale russe enchaîne les difficultés. Si le pays reste une grande puissance dans le domaine, il peine à se réinventer depuis la disparition de l’URSS.

S’exprimant en vidéoconférence après avoir visité un mémorial édifié sur le site d’atterrissage du cosmonaute, 700 kilomètres au sud-est de Moscou, le président russe a souligné que l’ambition de la Russie était de « maintenir son statut de puissance nucléaire et spatiale car le secteur spatial est directement lié à la défense ».

Il a demandé l’établissement d’une stratégie de développement sur « au moins 10 ans », citant en premier lieu la défense, mais aussi les télécommunications, les transports ou la recherche fondamentale.

L’agence spatiale Roscosmos annonce régulièrement des projets ambitieux mais beaucoup n’aboutissent pas, faute de ligne directrice claire. Loin donc de l’exploit des scientifiques soviétiques qui envoyèrent Gagarine en orbite.

Le 12 avril 1961, c’est par une phrase enjouée restée dans les mémoires que le premier cosmonaute avait commencé sa mission. « C’est parti! », lançait-il avant de décoller depuis le cosmodrome alors ultra-secret de Baïkonour, dans la république soviétique du Kazakhstan.

Son vol durera 108 minutes, le temps de réaliser un tour de la Terre.

La minuscule capsule Vostok dans laquelle le cosmonaute fut bringuebalé sera montrée au musée de la Conquête spatiale de Moscou, pour une exposition intitulée « Premier » qui ouvrira mardi.

Le musée montrera aussi de nombreux effets de Gagarine, de l’imposante clef utilisée pour allumer les moteurs au siège éjectable avec lequel il quitta la capsule, sept kilomètres au-dessus du sol.

– Symbole unificateur –

« Que le premier vol d’un homme dans l’espace soit l’oeuvre de l’Union soviétique était très significatif », assure à l’AFP Tatiana Brajnikova, une institutrice de 49 ans devant le musée: « Je ressens une immense fierté pour ces réalisations ».

« C’est peut-être le seul nom que tous connaissent en Russie. L’exploit de Gagarine, c’est en quelque sorte ce qui unifie la Russie », explique lui Viatcheslav Klimentov, directeur-adjoint de la recherche au musée.

M. Poutine a lui insisté sur la « grande fierté que ce fut notre pays qui ouvrit la route vers l’univers ».

Les cosmonautes de la Station spatiale internationale (ISS) se sont également joints aux félicitations, Oleg Novitski saluant « 108 minutes légendaires, devenues un exemple d’héroïsme ».

Félicitant les employés de Roskosmos, son patron Dmitri Rogozine a assuré lundi que la Russie était aussi « concentrée sur l’avenir », promettant des « changements très importants ».

Il a également déposé des fleurs sous les murs du Kremlin, où sont enterrés Iouri Gagarine et le père du programme spatial soviétique, Sergueï Korolev.

Malgré les déconvenues, M. Rogozine n’a eu de cesse de vanter de futurs grands projets, de la construction d’une station lunaire avec la Chine à un nouveau vaisseau ultra-moderne. Dimanche, il a encore rappelé que Moscou voulait envoyer des cosmonautes sur la Lune d’ici 2030, tout en reconnaissant avoir « dix fois moins de budget que la Nasa » américaine.

– Secteur spatial en crise –

Le voyage de Iouri Gagarine est resté en Russie comme le symbole de la domination de l’URSS sur les Etats-Unis dans le domaine spatial.

Soixante ans plus tard, la Russie continue d’envoyer régulièrement des femmes et des hommes dans l’espace. Une fusée Soyouz, décorée pour l’occasion du profil de Gagarine, a décollé vendredi de Baïkonour vers l’ISS avec à son bord deux Russes et un Américain.

Mais l’étoile spatiale de Moscou a bien pâli. Si les Soyouz restent fiables et la Russie un acteur incontournable, le pays peine à innover et a subi une série de déconvenues ces dernières années.

En cause, des problèmes de financement chroniques mais aussi de corruption, notamment sur le cosmodrome de Vostotchny en Extrême-Orient, appelé à terme à remplacer Baïkonour.

L’année dernière, la Russie a aussi perdu le monopole qu’elle avait depuis dix ans sur les vols vers l’ISS, désormais concurrencée par la société privée américaine SpaceX.

bur-tbm-pop/alf/sg

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2021 Agence France-Presse. »

Posté le par AFP


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !