Logo ETI Quitter la lecture facile
Visuel AFP

AFP

« Chaufferie de la Défense »: la cour d’appel de Versailles confirme l’annulation des poursuites

Posté le par AFP

La cour d’appel de Versailles a confirmé mercredi l’annulation rarissime d’un vaste procès pour corruption, celui de la « chaufferie de la Défense », qui avait été prononcée en janvier par le tribunal judiciaire de Nanterre en raison de la « durée non raisonnable » de l’enquête.

La cour a reconnu « le caractère déraisonnable de la procédure » portant ainsi « atteinte au droit à un procès équitable, au principe du contradictoire, à l’équilibre des droits des parties ainsi qu’au droit de la défense », a déclaré la présidente de la 9e chambre.

Cinq chefs d’entreprise, dont deux ont aujourd’hui 98 et 83 ans, devaient comparaître en janvier lors d’un procès très attendu, après vingt ans d’enquête.

Ils étaient accusés d’avoir faussé, entre 1999 et 2003, l’attribution du juteux marché du chauffage et de climatisation de La Défense, estimé à plusieurs centaines de millions d’euros.

Mais rebondissement exceptionnel : au premier jour du procès, le 11 janvier, le tribunal a décidé d’annuler toute la procédure d’enquête, estimant que le droit des prévenus à être jugés dans un délai raisonnable n’avait pas été respecté et avait porté atteinte à leur défense.

Cette « durée non raisonnable prive deux des principaux prévenus de leur capacité à se défendre pleinement » du fait « des troubles liés au grand âge et de leur état de santé », avait justifié le président de la chambre Olivier Protard.

Le parquet avait alors fait appel, arguant notamment qu’il n’y avait pas « d’excuse de vieillesse » à accorder.

Mercredi, la cour d’appel de Versailles a donné raison au tribunal judiciaire de Nanterre.

« Après Nanterre la cour d’appel de Versailles remet les pendules à l’heure. On ne peut pas en France, juger un centenaire 25 ans après les faits », a déclaré à l’AFP Me Baratelli, représentant les intérêts de Jean Bonnefont, ancien dirigeant des ex-Charbonnages de France.

« Nous saluons la lucidité et le sens du droit des magistrats de la cour », ont réagi auprès de l’AFP Emmanuel Mercinier et Emmanuel Daoud, avocats de l’homme d’affaires Antoine Benetti, ainsi que Me François Saint-Pierre, avocat de Bernard Forterre, l’ex-numéro 3 de la Compagnie générale des Eaux-Vivendi.

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2021 Agence France-Presse. »

Posté le par AFP


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !