Logo ETI Quitter la lecture facile
Visuel AFP

AFP

Diabète: L’OMS demande des baisses de prix de l’insuline

Posté le par AFP

Cent ans après la découverte de l’insuline, l’OMS a demandé mercredi que le traitement, fabriqué essentiellement par trois laboratoires, soit commercialisé à des prix abordables face à la charge accrue du diabète dans le monde.

A l’occasion de cet anniversaire, l’OMS a lancé un Pacte mondial contre le diabète avec pour objectif de réduire les risques de développer la maladie et permettre à tous ceux qui sont diagnostiqués d’avoir accès à un traitement et des soins qui soient abordables.

« La nécessité de prendre des mesures urgentes contre le diabète est plus claire que jamais », a déclaré le chef de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, dans un communiqué.

« Le nombre de personnes diabétiques a quadruplé au cours des 40 dernières années », a-t-il souligné, en indiquant que le diabète est « la seule des grandes maladies non transmissibles pour laquelle le risque de mortalité prématurée augmente au lieu de diminuer ».

Pour le chef de l’OMS, il est d’autant plus important de s’attaquer à cette crise en pleine pandémie de coronavirus, car une forte proportion des patients hospitalisés pour des formes sévères de Covid-19 ont le diabète.

Le nombre de décès liés à la maladie a progressé de 70% depuis 2000, s’élevant à environ 1,5 million de décès par an. Plus de 420 millions de personnes sont atteintes de diabète, dont la plupart vivent dans des pays en développement. Le surpoids et l’obésité constituent des facteurs à l’origine de la forte augmentation observée ces dernières décennies.

Le diabète est une maladie chronique qui apparaît lorsque le pancréas ne produit pas suffisamment d’insuline, une hormone qui régule la concentration de sucre dans le sang, ou lorsque l’organisme n’utilise pas correctement l’insuline qu’il produit.

– « Un échec de la société » –

Malgré la découverte de l’insuline il y a cent ans, nombreux sont les diabétiques qui luttent pour avoir accès à de l’insuline en raison de son prix et ce malgré une offre abondante. Trois fabricants dominent quasiment à eux seuls le marché mondial (Eli Lilly, Novo Nordisk et Sanofi), et fixent des prix qui selon l’OMS s’avèrent prohibitifs pour beaucoup d’individus et de pays.

Aussi, en 2019, l’OMS a lancé un programme visant à préqualifier des produits d’autres fabricants.

L’organisation a indiqué qu’elle mène des discussions avec les fabricants d’insuline sur les moyens de répondre à la demande croissante « à des prix abordables pour les pays ».

« C’est un échec pour la société et la communauté internationale si les personnes ayant besoin d’insuline rencontrent des difficultés financières pour l’acheter », a souligné le Dr Tedros.

Le prix de l’insuline constitue un obstacle au traitement dans la plupart des pays à revenu faible ou intermédiaire, mais également dans les pays riches, notamment lorsque les systèmes de protection sociale sont insuffisants.

Aux Etats-Unis par exemple, où la couverture maladie publique est extrêmement limitée, des diabétiques ont créé un marché noir gratuit de l’insuline et se rencontrent sur des parkings pour s’échanger le médicament, qui est hors de prix en pharmacie.

Au nord du pays, d’autres malades vont même jusqu’à se fournir dans des pharmacies canadiennes, le Canada plafonnant les prix de l’insuline.

Et pourtant, l’insuline figure sur la liste de l’OMS des médicaments essentiels depuis la publication de ce document en 1977.

« Dans le monde, seule la moitié des personnes qui en ont besoin ont accès à ce médicament essentiel aujourd’hui en raison des exigences de stockage difficiles, des protocoles de traitement complexes et des prix élevés », a souligné Médecins sans frontières dans un communiqué.

« Eli Lilly, Novo Nordisk et Sanofi dominent le marché mondial et semblent souvent augmenter leurs prix l’un après l’autre. Cette situation est particulièrement décevante », a déploré l’ONG.

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2021 Agence France-Presse. »

Posté le par AFP


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !