Logo ETI Quitter la lecture facile
Visuel AFP

AFP

Duel Suez-Veolia: les dirigeants invités à « engager le dialogue » samedi à Bercy

Posté le par AFP

Les présidents des groupes Veolia et Suez, engagés dans un bras de fer autour du projet d’OPA du premier sur le second, ont été conviés à « engager le dialogue » samedi au ministère de l’Economie, a-t-on appris vendredi soir auprès de Bercy.

Le PDG de Veolia Antoine Frérot n’avait pas l’intention de s’y rendre, a indiqué à l’AFP une source proche du leader mondial du traitement de l’eau et des déchets, qui veut réaliser le vieux rêve de fusion avec Suez.

Suez, interrogé par l’AFP sur les intentions de son président Philippe Varin quant à cette invitation de Bercy, n’a de son côté fait aucun commentaire.

Cette réunion vise à s’entendre pour repousser la date limite de l’offre faite par Veolia à Engie de lui racheter ses parts dans Suez, a-t-on expliqué. Or Antoine Frérot a déjà indiqué qu’il ne souhaitait pas repousser la date de validité de son offre, fixée au 30 septembre, car il ne souhaite « pas mettre Veolia dans cette position plus longtemps », selon une source proche.

Suez bataille depuis fin août pour son indépendance, depuis que son actionnaire principal, Engie, s’est vu offrir par Veolia de lui céder ses 29,9% de parts pour 2,9 milliards d’euros.

Vendredi, Antoine Frérot a affirmé vouloir revoir à la hausse le prix offert à Engie.

Après avoir hésité des années durant sur le sort de Suez, Engie (ex-GDF Suez, conglomérat aux activités variées), s’était finalement dit prêt fin juillet à céder sa participation pour se concentrer à nouveau sur les énergies.

Si Engie accepte son offre, Veolia compte déposer quelques jours plus tard une « intention d’OPA » à l’adresse des autres actionnaires de Suez. Il espère accomplir l’opération dans un délai de 12 à 18 mois, le temps d’obtenir l’aval des autorités de la concurrence en France et à Bruxelles.

Bruno Le Maire avait souligné la semaine dernière que l’Etat, actionnaire de référence d’Engie, n’avait fait « aucun choix » dans ce dossier, refusait la « précipitation » et entendait imposer trois critères, emploi, ancrage industriel français et prix.

Suez met en avant une menace pour l’emploi. Son activité Eau France, son métier historique, est au coeur de la bataille, Veolia prévoyant de la céder pour répondre à la législation de la concurrence.

Ce projet a cependant une épine dans le pied depuis que Suez a placé mercredi soir cette branche sous le chapeau d’une fondation destinée à la rendre incessible.

mhc-cho-myl/

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2020 Agence France-Presse. »

Posté le par AFP


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !