Logo ETI Quitter la lecture facile
Visuel AFP

AFP

Emirats: le lancement historique de la première sonde arabe sur Mars reporté en raison de la météo

Posté le par AFP

Les Emirats arabes unis ont reporté de deux jours le lancement vers Mars de la sonde baptisée « Espoir », la première d’un pays arabe, en raison de mauvaises conditions météorologiques au centre spatial japonais de Tanegashima.

Cet évènement historique, prévu initialement mardi à 20H51 GMT a été reprogrammé jeudi à 20H43 GMT (05H43 vendredi au Japon), a annoncé le gouvernement des Emirats.

« L’Agence spatiale des Emirats arabes unis et le centre spatial Mohammed ben Rachid, en collaboration avec Mitsubishi Heavy Industries, annoncent le report du lancement de la sonde « Espoir » en raison de (mauvaises) conditions météorologiques », a indiqué peu avant ce gouvernement sur Twitter.

L’engin non habité devait s’élancer de Tanegashima où un report n’était pas écarté et où la fenêtre de lancement s’étend jusqu’au 13 août.

Le programme émirati est l’un des trois projets en cours vers la planète rouge, aux côtés du Tianwen-1 de la Chine et Mars 2020 des Etats-Unis, qui profitent de la période où la Terre et Mars sont les plus proches: à peine 55 millions de kilomètres l’une de l’autre, contre environ 76 millions de km en moyenne.

« Espoir » – « Al-Amal » en arabe ou « Hope » en anglais – devrait atteindre l’orbite de Mars d’ici février 2021, marquant le 50e anniversaire de l’unification des Emirats arabes unis, une fédération de sept membres dirigés par des cheikhs.

Une fois sur place, il fera le tour de la planète pendant toute une année martienne, soit 687 jours. La sonde devrait se détacher de la fusée de lancement environ une heure après le décollage.

« J’attends avec impatience les premières 24 heures après la séparation, et c’est là que nous verrons les résultats de notre travail », a déclaré Sarah al-Amiri, directrice adjointe du projet et également ministre des Technologies avancées.

« C’est quand nous recevrons le premier signal, quand nous saurons que chaque partie du vaisseau spatial fonctionne, quand les panneaux solaires seront déployés, quand nous atteindrons notre trajectoire et nous nous dirigerons vers Mars », a-t-elle déclaré à l’AFP au début du mois.

Mitsubishi Heavy Industries, qui transporte la sonde « Espoir » dans l’espace, estime qu’avec les prévisions d’orages, il existe des doutes sur le fait que le lancement puisse avoir lieu dans les délais prévus.

« Le temps est en train de se dégrader », a déclaré Keiji Suzuki, responsable au sein de la société japonaise, lors d’un briefing lundi.

– Grandes ambitions –

Pays du Golfe connu pour leurs gratte-ciel, leurs îles artificielles et leurs hôtels de luxe, les Emirats ambitionnent de devenir un acteur majeur dans le domaine des sciences et des technologies.

En septembre dernier, Hazza al-Mansouri est devenu le premier Emirati envoyé dans l’espace, au côté d’un équipage de trois membres à bord d’une fusée Soyouz. L’astronaute est aussi le premier citoyen arabe à visiter la Station spatiale internationale.

L’objectif de la mission Mars est de fournir une image complète de la dynamique météorologique dans l’atmosphère de la planète rouge et d’ouvrir la voie à des percées scientifiques.

« Pour la première fois, la communauté scientifique du monde entier aura une vue globale de l’atmosphère martienne à différents moments de la journée et à différentes saisons », a déclaré Omran Sharaf, le chef de projet de la mission, lors du briefing de lundi.

« Nous avons une stratégie pour contribuer à l’effort mondial de développement des technologies et des travaux scientifiques qui seront utiles le jour où l’humanité décidera d’envoyer un homme sur Mars », a-t-il ajouté.

La sonde s’inscrit dans un projet plus important: l’établissement d’un habitat humain sur Mars dans les 100 prochaines années.

Dubaï, le plus célèbre des sept émirats, a engagé des architectes pour imaginer une ville martienne et la recréer dans son désert sous le nom de « Science City », pour un coût d’environ 500 millions de dirhams (plus de 120 millions d’euros).

Plusieurs dizaines de sondes, pour la plupart américaines, sont parties pour la planète rouge depuis les années 1960. Beaucoup n’ont pas réussi à atteindre leur destination.

La volonté d’explorer Mars s’est ensuite amoindrie jusqu’à la confirmation, il y a moins de dix ans, que de l’eau avait coulé à sa surface.

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2020 Agence France-Presse. »

Posté le par AFP


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !