Logo ETI Quitter la lecture facile
Visuel AFP

AFP

Inquiétude pour l’avenir du site de Thales à Pont-Audemer

Posté le par AFP

Thales veut mettre en oeuvre un plan de « gestion active de l’emploi » portant sur 220 postes dont 150 à Pont-Audemer (Eure), ce qui menace à terme la viabilité de ce site de production de cartes SIM, ont indiqué mardi à l’AFP des délégués CGT du groupe technologique français.

La direction du groupe a assuré à l’AFP que « ce projet de gestion active de l’emploi ne génèrerait aucune suppression d’emploi et se ferait sur la base du volontariat ». Le groupe invoque « un changement structurel » du marché de la carte SIM et de ses services associés: dans un contexte de saturation de la téléphonie mobile, le marché de la carte SIM est en décroissance.

Les salariés volontaires se verraient proposer des reclassements au sein du groupe, des formations ou des mises à disposition (permettant aux salariés à 42 mois de la retraite de rester chez eux en touchant 72% du salaire brut), précise Lionel Doisne, délégué syndical CGT à Pont-Audemer.

Le syndicat, majoritaire sur ce site, craint que faute d’investissement permettant de lancer de nouvelles activités, le site, où travaillent 330 salariés, ne soit condamné à terme. Il réclame « un volant important d’investissement ».

« Lors de la présentation du projet de gestion active de l’emploi, Thales n’a donné aucune perspective d’autres activités. Si on tombe à 180 salariés, dans 2 ou 3 ans, le problème de l’emploi va se reposer », craint Grégory Lewandowski, coordinateur CGT chez Thales.

La CGT rappelle que le site est « le premier employeur de Pont-Audemer » où le chômage avoisine 10% (13,7% pour l’Eure) et met en avant la responsabilité de l’Etat, « premier actionnaire et premier client de Thales ».

Le projet de gestion active de l’emploi concerne aussi 70 postes aux établissements de La Ciotat, dans les Bouches-du-Rhône (47 postes) et Sophia Antipolis (23 postes), dans les Alpes-Maritimes. Mais il s’agit de postes d’ingénieurs plus faciles à reclasser sur les établissements proches, ce qui n’est pas le cas des emplois essentiellement ouvriers de l’usine de Pont-Audemer, relève la CGT.

« Nous allons commander une expertise centrée sur la recherche de solutions alternatives pour réindustrialiser le site », a souligné M. Lewandowski.

mpf/bfa/or

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2020 Agence France-Presse. »

Posté le par AFP


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !