Logo ETI Quitter la lecture facile
Visuel AFP

AFP

La très vieille affaire de la chaufferie de La Défense reportée pour cause de coronavirus

Posté le par AFP

Le procès de cinq hommes d’affaires, soupçonnés d’avoir faussé le juteux marché public de la chaufferie du quartier de La Défense il y a une vingtaine d’années, a été renvoyé lundi à l’année prochaine, le président du tribunal ayant contracté le coronavirus.

Le procès a été reporté du 11 au 15 janvier 2021, a annoncé la magistrate qui a remplacé à l’audience le président, diagnostiqué positif au Covid-19.

Parmi les prévenus dans cette procédure-fleuve figure un ancien dirigeant des ex-Charbonnages de France, Jean Bonnefont, 98 ans, l’un des plus vieux justiciables convoqué devant un tribunal correctionnel en France.

Il est poursuivi, avec quatre autres entrepreneurs, pour « corruption » ou « complicité de corruption » active ou passive et « abus de biens sociaux » notamment, ce que tous contestent.

Outre M. Bonnefont, l’ex-numéro 3 de la Compagnie générale des Eaux-Vivendi Bernard Forterre, 82 ans, et l’homme d’affaires Antoine Benetti, 68 ans, sont également mis en cause.

Le trio est poursuivi pour avoir manipulé, entre 1999 et 2003, l’appel d’offres du marché du chauffage et de la climatisation du premier quartier d’affaires d’Europe, estimé à plusieurs centaines de millions d’euros, pour en écarter les candidats indésirables.

Ce marché avait été attribué à Enertherm, un petit groupement d’entreprises présidé par M. Forterre et dont les actionnaires étaient en réalité les mêmes que ceux de la Climadef, l’ancien concessionnaire.

Au centre de l’entente présumée figurait Charles Ceccaldi-Raynaud, l’influent président du Sicudef, le syndicat mixte chapeautant le renouvellement de la concession.

Mis en examen pour avoir perçu une commission de 5 millions de francs (760.000 euros de l’époque) dans cet arrangement, l’ex-sénateur-maire de Puteaux est décédé en juillet 2019 à l’âge de 94 ans, quelques jours à peine avant que le parquet ne prenne ses réquisitions.

Les prévenus risquent jusqu’à 10 ans de prison et un million d’euros d’amende.

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2020 Agence France-Presse. »

Posté le par AFP


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !