Logo ETI Quitter la lecture facile
Visuel AFP

AFP

L’Angola paralysé par une nouvelle pénurie de carburant

Posté le par

L’Angola, l’un des principaux producteurs de brut d’Afrique subsaharienne, est de nouveau paralysé par une pénurie de carburant depuis plus d’une semaine.

La plupart des stations service de la capitale Luanda sont assiégées par de longues files d’automobilistes en quête d’essence.

« Je fais la queue depuis deux heures », a déclaré à l’AFP Adao Samba, un habitant venu chercher de l’essence à pied. « Ma moto est à la maison, et à cause du manque de carburant, je n’ai pas pu l’amener jusqu’ici », a t-il expliqué, ajoutant ne pas avoir pu travailler depuis 24 heures.

Les stations services de la plupart des autres provinces du pays connaissent aussi des pénuries de carburant, ont confirmé plusieurs habitants contactés par l’AFP.

Le rationnement a fait bondir les prix au marché noir. Dans la province angolaise du Zaïre (nord), le litre de super vendu 500 kwanza (1,4 euro ou 1,6 dollar) dans les stations essence s’échange trois fois plus cher au noir.

La Sonangol, la compagnie pétrolière nationale, a reconnu « quelques retards dans le déchargement des carburants dans les ports du pays », sans préciser l’origine du problème.

Elle a toutefois assuré que la situation devrait revenir à la normale dans les prochains jours.

L’Angola produit plus de 1,4 million de barils de brut par jour, juste derrière le Nigeria.

Comme le pays ne dispose que d’une raffinerie, l’essentiel de son brut est raffiné à l’étranger.

A partir de 2014, la chute des cours du pétrole, principale ressource du pays, a plongé l’économie et les finances publiques de l’Angola dans une grave crise dont il peine toujours à sortir.

La Sonangol se trouve elle-même en sérieuses difficultés financières.

En décembre 2017, l’Angola avait déjà été affecté par des problèmes d’approvisionnement attribués par la Sonangol à des retards de paiement de certains de ses fournisseurs.

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 Agence France-Presse. »

Posté le par


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !