Logo ETI Quitter la lecture facile
Visuel AFP

AFP

Le Groupe Cofel (Epeda, Bultex et Merinos) va fermer une usine en Haute-Loire, 80 emplois menacés

Posté le par

Le groupe français Cofel, leader français sur le marché de la literie, va fermer l’usine Copirel, située à Mazeyrat-d’Allier, près de Langeac (Haute-Loire), employant 80 salariés.

La direction du groupe a annoncé mi-novembre son intention de fermer définitivement fin février le site qui produit des matelas et sommiers de la marque Bultex.

« Depuis, les négociations n’avancent pas. Les salariés se sentent abandonnés et méprisés », a déclaré vendredi à l’AFP le secrétaire de l’union départementale CGT de Haute-Loire, Pierre Marsein.

« On nous avait promis un PSE (plan de sauvegarde pour l’emploi) exemplaire mais, aujourd’hui, on est face à des murs. Tout ce qu’ils veulent, c’est économiser 2 millions d’euros », regrette le délégué syndical FO Serge Besson.

« Pourtant, tous les voyants étaient au vert: on a un savoir-faire, des résultats, des commandes », ajoute ce dernier, qui pointe aussi « des conséquences dramatiques pour le territoire local ».

Les syndicats mettent en avant la « productivité » du site de Langeac, « beaucoup plus importante » que celle de sites de production « flambant neufs » comme celui de Criquebeuf-sur-Seine, comptant plus du double de salariés.

Une manifestation des salariés est prévue mardi matin au Puy-en-Velay, avant une réunion entre direction et syndicats vendredi.

Mardi dernier, la moitié des salariés de l’usine s’étaient rendus devant le siège du groupe Cofel, situé en région parisienne à Boulogne-Billancourt, pour faire entendre leurs voix.

De son côté, le groupe a expliqué à l’AFP sa décision en mettant en avant un marché du matelas « difficile et très concurrentiel ».

« On doit faire face aux productions à bas coût. Dans ce contexte, Cofel a la volonté de maintenir une production +Made in France+ et est obligé de faire des efforts de compétitivité en réduisant le nombre de sites de production de 5 à 4 », explique un porte-parole.

La production des matelas réalisés en Haute-Loire sera transférée sur les sites de Limoges et de Noyen-sur-Sarthe, « que pourront rejoindre les collaborateurs de Copirel, s’ils le souhaitent », ajoute-t-il.

Le groupe Cofel est détenu pour moitié par le groupe espagnol familial Pikolin, basé à Saragosse, leader sur les marchés espagnol et portugais de la literie, et par le groupe distribution sud-africain Steinhoff.

Ce géant de la distribution, présent dans une trentaine de pays, possède notamment en France l’enseigne Conforama.

Cofel emploie 850 personnes dans ses cinq sites français et a réalisé en 2017 un chiffre d’affaires de 217 millions d’euros.

kal/fga/cam

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 Agence France-Presse. »

Posté le par


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !