Logo ETI Quitter la lecture facile
Visuel AFP

AFP

Le réseau électrique français a besoin de 33 milliards d’euros sur 15 ans

Posté le par

Le système électrique français a besoin de 33 milliards d’euros d’investissements sur 15 ans pour se moderniser et se numériser, créer des interconnexions avec les pays voisins ou encore développer les énergies renouvelables, a estimé mardi son gestionnaire RTE.

Le gestionnaire du réseau à haute tension a présenté son plan décennal d’évolution du réseau électrique français, à l’horizon 2035, qu’il soumet au gouvernement ainsi qu’à la Commission de régulation de l’énergie (CRE) et à l’Autorité environnementale.

Son plan identifie plusieurs chantiers: rénovation du réseau vieillissant, numérisation accélérée, capacités d’échange avec les pays voisins doublées sur 15 ans ou encore déploiement d’un réseau électrique en mer pour raccorder les futurs parcs éoliens offshore.

L’évolution du réseau s’inscrit notamment dans le cadre du développement des énergies renouvelables prévu en France avec la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE).

« C’est un peu comme un athlète de très haut niveau qui pratiquait il y a quelques années le triathlon – nucléaire, hydraulique, thermique – et qui maintenant pratique le décathlon: il y a beaucoup d’énergies nouvelles, de modes de consommation nouveaux », a souligné le président de RTE, François Brottes, lors d’une conférence de presse.

« Les investissements associés sont estimés à 33 milliards d’euros sur 15 ans, soit environ 2 milliards d’euros par an » contre 1,3 milliard d’euros aujourd’hui, indique RTE.

Sur les 33 milliards identifiés, 13 milliards concernent l’adaptation du réseau, 8 milliards le renouvellement des ouvrages les plus anciens, 7 milliards le raccordement des énergies marines, 3 milliards le numérique et 2 milliards pour les interconnexions transfrontalières (part France).

Ces sommes doivent être financées en partie par les factures d’électricité via le « tarif d’utilisation des réseaux publics d’électricité » (Turpe). La prochaine mouture des ces tarifs, dite Turpe 6, doit être mise en débat par la CRE en début d’année prochaine.

RTE rappelle qu’il supporte désormais – à la place de l’Etat – le financement du raccordement des futurs parcs éoliens en mer, une mesure prise l’an dernier lors de la renégociation du soutien public à ces projets.

Sur les 2 milliards d’investissements de RTE identifiés par an, ces raccordements représentent une part importante. « Là-dedans, on a 500 voir 600 millions pour l’éolien offshore. Si j’enlève l’éolien offshore, à périmètre historique, on n’est pas très loin de la stabilité », relève Thomas Veyrenc, directeur de la stratégie et prospective.

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 Agence France-Presse. »

Posté le par


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !