Logo ETI Quitter la lecture facile
Visuel AFP

AFP

Le train de primeurs Perpignan-Rungis maintenu au-delà de fin juin (ministère)

Posté le par

Le train de primeurs entre Perpignan et le marché de Rungis, qui devait être remplacé par des camions, sera maintenu au-delà du mois de juin, a annoncé le ministère des Transports vendredi, assurant vouloir trouver une « solution ferroviaire pérenne » d’ici fin 2019.

« Il n’y aura donc pas d’interruption de cette liaison ferroviaire fin juin comme c’était initialement envisagé », a indiqué le ministère dans un communiqué de presse, précisant que « le train continuera de circuler au moins jusqu’à la fin de la saison haute en cours ».

Au-delà, le ministère assure vouloir trouver « une solution ferroviaire pérenne d’ici la fin de l’année, permettant de poursuivre dans la durée le transport des fruits et légumes par le rail ».

Ainsi, « un groupe de travail, sous l’autorité du ministère chargé des transports, se réunira chaque mois jusqu’à la fin de l’année, afin d’élaborer et mettre en oeuvre collectivement cette solution ferroviaire pérenne », détaille le communiqué.

Parmi les solutions étudiées, « certaines pourraient être mises en service d’ici la fin de l’année », indique encore le ministère, citant par exemple la mise en place d’une liaison en transport combiné, qui permet de faire voyager les conteneurs sur des trains.

La mise en service « à horizon 2022 » d’une autoroute ferroviaire, c’est-à-dire placer les camions entiers sur des trains, entre Barcelone, Perpignan et Rungis, « a également été évoquée ».

Un train réfrigéré relie chaque nuit la gare Saint-Charles de Perpignan à Rungis, en banlieue parisienne, le plus grand marché alimentaire frais du monde, pour 400.000 tonnes de fruits et légumes transportées par an.

Mais le contrat passé par deux transporteurs (Rey et Rocca) avec la SNCF pour assurer cette liaison arrive à échéance fin juin et ne devait pas renouvelé, notamment du fait de la vétusté des wagons et du coût de leur remplacement. Ce sont ainsi 20 à 22 poids lourds qui auraient dû remplacer chaque train.

Devant le tollé provoqué par cette décision, le ministère a organisé une réunion ce vendredi entre la SNCF, les principaux clients de la ligne (Rey, Rocca), les plateformes de Rungis et de Perpignan, les conseils régionaux d’Ile-de-France et d’Occitanie, les conseils départementaux des Pyrénées-Orientales et du Val-de-Marne, ainsi que l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe).

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 Agence France-Presse. »

Posté le par


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !