Logo ETI Quitter la lecture facile
Visuel AFP

AFP

L’ex-ministre français de Rugy globalement dédouané par des enquêtes

Posté le par

L’ancien ministre français de l’Ecologie, François de Rugy, qui a démissionné après avoir été accusé de dépenses exagérées, a été globalement dédouané mardi par des enquêtes du gouvernement et de l’Assemblée nationale, hormis trois dîners jugés « manifestement excessifs ».

L’enquête diligentée à sa demande par l’Assemblée nationale conclut que M. de Rugy « n’a enfreint, directement ou indirectement, aucune règle et n’a commis aucune irrégularité » concernant l’organisation d’une douzaine de repas lorsqu’il était président de l’Assemblée.

Ces repas fastueux avec homards et grands crus, révélés par le site d’information Mediapart, avaient plongé le ministre dans la tourmente, aboutissant à sa démission il y a une semaine.

Neuf d’entre eux « ne posent pas de difficulté particulière » et « ne sauraient être qualifiés de +privés+ » selon le rapport, qui épingle toutefois trois autres réceptions.

Parmi celles-ci, un dîner de Noël en 2017 réunissant « sept convives dont six du cercle familial » ou un repas de Saint-Valentin en 2018 « servi seulement au Président et à son épouse » et dont « le niveau des prestations est manifestement excessif par rapport à la pratique courante ». Cette dernière remarque s’applique aussi à un troisième dîner.

Selon son entourage, et conformément à sa promesse, M. de Rugy a aussitôt annoncé qu’il règlerait « dans les meilleurs délais les frais engagés pour les trois dîners » en question.

Il a également reçu un avis favorable de l’inspection du gouvernement pour des travaux entrepris fin 2018 pour 64.523 euros TTC dans l’hôtel particulier où le ministre de l’Ecologie a ses quartiers. Elle souligne notamment « qu’aucune rénovation importante » n’y avait été réalisée « depuis 2009 et même depuis 2003 », et affirme que « les règles de la commande publique ont été globalement respectées ».

Mediapart met cependant en doute les vérifications menées par l’Assemblée. Le site a promis de revenir mardi soir « sur certains de ces dîners qualifiés de non privés dans cette +enquête+ de l’Assemblée nationale. Vous verrez, les explications des invités eux-mêmes valent le détour », a écrit sur Twitter son journaliste Fabrice Arfi.

Malgré les dénégations du gouvernement, des membres de l’opposition ont également mis en doute l’impartialité de ces enquêtes internes.

L’ex-ministre quant à lui s’est estimé « blanchi » mardi soir par les enquêtes du gouvernement et de l’Assemblée .

Fustigeant le « journalisme de démolition » pratiqué selon lui par Mediapart, M. de Rugy, qui dit vouloir continuer « à être utile », s’est élevé lors du journal de la chaîne France 2 contre de « fausses » accusations. Il a rappelé qu’il avait porté plainte contre Médiapart pour diffamation.

jmt-reb/cs/mw/jh/cr

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 Agence France-Presse. »

Posté le par


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !