Logo ETI Quitter la lecture facile
Visuel AFP

AFP

Litige gazier: deux britanniques inculpés au Nigeria

Posté le par AFP

Le Nigeria a inculpé deux ressortissants britanniques pour fraude et blanchiment d’argent après l’échec d’un projet gazier au coeur d’un litige financier qui oppose le premier producteur d’hydrocarbures d’Afrique et l’entreprise Process and Industrial Developments Limited (P&ID).

James Nolan est apparu devant un tribunal d’Abuja, Adam Quinn, absent, étant représenté par ses avocats.

Tous deux ont été accusés « de complicité dans la décision arbitraire d’une cour commerciale de justice britannique, condamnant le Nigeria à une saisie de 9,6 milliards de dollars d’actifs en faveur de Process and Industrial Developments Limited », a indiqué la Commission des crimes économiques et financiers (EFFC) dans un communiqué.

L’EFCC a déclaré que les accusés, tous deux directeurs de Goidel Resources Limited, une compagnie minière enregistrée au Nigeria, ont violé les lois de blanchiment d’argent du pays en faveur de P&ID, et ont permis de dissimuler quelque 125.000 dollars aux autorités.

Les deux accusés se sont déclarés non coupables, mais James Nolan reste en détention dans l’attente d’une prochaine comparution prévue le 20 novembre.

Le Nigeria, géant anglophone de 200 millions d’habitants riche en hydrocarbures, est au coeur d’un litige contre P&ID, une petite entreprise enregistrée aux îles Vierges britanniques et fondée par deux partenaires commerciaux irlandais.

Un contrat conclu en 2010 prévoyait que le Nigeria verse 300 millions de dollars à P&ID pour débuter la construction d’une usine de traitement de gaz à la pointe de la technologie dans le sud-est du Nigeria, mais le projet n’a jamais vu le jour.

La société a poursuivi le gouvernement nigérian, l’accusant d’avoir violé l’accord en ne fournissant ni le gaz ni les gazoducs promis.

Un tribunal d’arbitrage de Londres lui avait accordé 6,6 milliards de dollars (5,9 milliards d’euros) de dommages et intérêts en janvier 2017, montant qui s’élève maintenant à 9 milliards de dollars avec les intérêts, selon une décision du tribunal du commerce d’août.

Le Nigeria avait alors dénoncé des « activités frauduleuses et criminelles développées pour tirer profit d’un pays en développement » et fait appel de la décision de justice, refusant la compétence des tribunaux britanniques à juger cette affaire.

L’avocat de P&ID, Ian Mill, a pour sa part affirmé devant le tribunal que l’appel était sans fondement, le gouvernement n’ayant fourni « aucune raison justifiant que cet argent ne devait pas être payé ».

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 Agence France-Presse. »

Posté le par AFP


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !