Logo ETI Quitter la lecture facile
Visuel AFP

AFP

L’UE sous-exploite ses programmes spatiaux (Cour des comptes européenne)

Posté le par AFP

L’Union européenne sous-exploite le potentiel de ses programmes spatiaux Galileo et Copernicus, estime la Cour des comptes européenne dans un rapport publié mercredi.

Ces programmes « fournissent des données et services précieux, mais des efforts supplémentaires sont nécessaires pour tirer profit des investissements considérables réalisés », qui se chiffrent à environ 18,3 milliards d’euros, estime la Cour dans ce document.

Copernicus fournit des données provenant de l’observation de la Terre par satellite. Galileo est un système mondial de radionavigation et de positionnement par satellite.

« Sur le plan technologique, l’UE est parvenue à se hisser au rang d’acteur mondial en matière de services spatiaux d’observation de la Terre et de radionavigation », constate Mihails Kozlovs, responsable de ce rapport.

Mais « il lui manque toutefois une approche globale », ajoute-t-il. « Nous espérons que notre audit marquera le début du compte à rebours pour un nouvel ensemble d’actions susceptibles d’aider (…) l’UE à obtenir tous les avantages potentiellement offerts par ces ressources. »

Les auditeurs soulignent « qu’à son entrée en service, en 2016, le programme Galileo accusait déjà un retard de huit ans par rapport au projet originel ».

En dépit de « progrès satisfaisants » récemment « pour commercialiser des récepteurs compatibles avec Galileo » et permettre son utilisation dans des smartphones ou des applications automobiles, le GPS américain, premier système mondial, garde « une forte présence sur le marché ».

Les auteurs du rapport regrettent par ailleurs que les experts et les scientifiques soient pratiquement les seuls à recourir aux données du programme Copernicus.

L’accès à ces données « a été amélioré, mais les différentes plateformes le proposant sont toujours trop nombreuses et il n’existe pas encore de vision à long terme », expliquent ses auteurs.

Enfin, la Cour des comptes européennes remarque que la Commission n’a pas pris les dispositions réglementaires promises pour encourager le recours à ces programmes.

« Dans un grand nombre de domaines pertinents, par exemple le transport routier et la logistique, les voitures autonomes et les drones, la réglementation est, au mieux, incomplète, et, au pire, fait totalement défaut », déplore-t-elle.

La Commission européenne, l’Agence spatiale européenne (ESA) et plusieurs autres entités de l’UE et hors UE partagent la gestion des programmes spatiaux de l’Union, en coopération avec les États membres.

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2021 Agence France-Presse. »

Posté le par AFP


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !