Logo ETI Quitter la lecture facile
Visuel AFP

AFP

Maine-et-Loire: nouvelles intoxications liées à l’épandage d’un pesticide

Posté le par

La préfecture du Maine-et-Loire envisage de suspendre l’utilisation du produit phytosanitaire Métam Sodium après de nouveaux cas d’intoxication survenus vendredi à la suite d’un épandage dans une exploitation agricole.

« Le préfet de Maine-et-Loire étudie les conditions de suspension temporaire de l’utilisation du Métam Sodium en Maine-et-Loire », a indiqué la préfecture dans un communiqué, faisant état de nouvelles intoxications.

« Cinq personnes ont été incommodées » par des émanations de pesticide dans la zone proche d’une exploitation agricole, trois jours après un incident similaire dans le département à Brain-sur-l’Authion, qui avait conduit 17 personnes à être hospitalisées. En tout 61 personnes, des ouvriers agricoles pour la plupart, avaient été exposées au Métam Sodium, et souffraient d’irritations des voies oculaires et respiratoires.

Vendredi matin, les pompiers sont intervenus à la « suite de l’épandage en plein champ d’un produit phytosanitaire sur la commune de Mazé-Milon ». Les personnes incommodées, « des riverains », souffrent d’irritations oculaires et des voies respiratoires, selon la préfecture, mais « aucune d’entre elles n’a dû être hospitalisée ».

« La vingtaine de riverains a été invitée à rester confinée chez elle le temps que les émanations disparaissent », a ajouté la préfecture. Quatre sapeurs-pompiers ont également été incommodés.

« L’exploitant a été identifié et l’épandage suspendu immédiatement. Le produit utilisé contiendrait la même molécule que dans les cas survenus les jours précédents à Brain-sur-l’Authion », soulignent les services de l’État.

« La DRAAF (Direction de l’agriculture, de l’Alimentation et de la Forêt) est actuellement sur place aux côtés de l’agriculteur pour qu’il prenne des mesures d’arrosage pour stopper l’évaporation du produit et procéder aux vérifications réglementaires », a-t-on indiqué.

Les premiers éléments d’enquête « confirmeraient » que « les termes de l’arrêté préfectoral encadrant l’utilisation de ce produit ne soient pas respectés quant à (sa) méthode d’application » et que « la température actuellement élevée du sol (…) rend le produit volatil ».

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 Agence France-Presse. »

Posté le par


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !