Logo ETI Quitter la lecture facile
Visuel AFP

AFP

Maine-et-Loire: suspension de l’autorisation d’un pesticide après plusieurs intoxications

Posté le par

Le préfet du Maine-et-Loire a annoncé vendredi la suspension de l’autorisation du pesticide et herbicide métham sodium après plusieurs intoxications « plus ou moins sévères » survenues sur le département, a-t-il annoncé dans un communiqué.

« Cette mesure pourrait être reconduite en fonction de la situation météorologique et des vérifications en cours auprès de la profession sur les conditions d’utilisation du produit », a annoncé la préfecture dans un communiqué.

Des manquements supposés à la réglementation « associés à des conditions climatiques exceptionnelles rendant les sols trop secs et trop chauds pour son application sans risques, ont provoqué trois phénomènes d’intoxication de personnes présentes à proximité des épandages », souligne la préfecture.

Le procureur d’Angers Yves Gambert a lui annoncé l’ouverture d’une enquête préliminaire visant une intoxication survenue mardi, qui sera vraisemblablement étendue à celle de vendredi.

« C’est assez technique. Il s’agit de vérifier si la totalité de la réglementation a bien été respectée », a indiqué le magistrat, précisant que d’éventuelles blessures involontaires pourraient être retenues.

« Nous avons fait entendre le responsable de la société et la personne qui a répandu le produit », a ajouté M. Gambert.

Vendredi matin, cinq personnes ont été incommodées par des émanations de ce pesticide dans la zone proche d’une exploitation agricole sur la commune de Mazé-Milon, à l’est d’Angers.

Les personnes incommodées, « des riverains », souffrent d’irritations oculaires et des voies respiratoires mais « aucune d’entre elles n’a dû être hospitalisée », selon la préfecture.

« La vingtaine de riverains a été invitée à rester confinée chez elle le temps que les émanations disparaissent », a ajouté la préfecture. Quatre sapeurs-pompiers ont également été incommodés.

« L’exploitant a été identifié et l’épandage suspendu immédiatement », soulignent les services de l’État.

La DRAAF (Direction de l’agriculture, de l’Alimentation et de la Forêt) s’est rendue sur place pour que l’agriculteur prenne des mesures d’arrosage pour stopper l’évaporation du produit et procéder aux vérifications réglementaires, selon la même source.

Mardi déjà, un incident similaire était intervenu à quelques kilomètres de là, à Brain-sur-l’Authion, provoquant 17 hospitalisations. En tout 61 personnes, des ouvriers agricoles pour la plupart, avaient été exposées au métham sodium, et souffraient d’irritations des voies oculaires et respiratoires.

« Il est inacceptable qu’un produit si dangereux et dont l’usage est très réglementé soit si mal appliqué (…) Il y va de la santé des riverains, des agriculteurs et des salariés agricoles qui manipulent et épandent », a réagi Yves Lepage, président de l’association de défense de l’environnement La Sauvegarde de l’Anjou, cité dans un communiqué.

Selon l’association, ce produit est « extrêmement toxique pour les organismes vivants, fortement soupçonné d’être cancérigène et de perturber le développement chez l’humain » et « détruit toute vie dans le sol ». Il est fortement utilisé en Loire-Atlantique et en Maine-et-Loire pour la production de mâche nantaise, d’après la même source.

M. Lepage a réclamé l’interdiction de ce produit et annoncé son intention de porter plainte.

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 Agence France-Presse. »

Posté le par


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !