Logo ETI Quitter la lecture facile
Visuel AFP

AFP

Nickel calédonien : une industrie stratégique mais menacée

Posté le par AFP

Depuis la découverte des premiers gisements à la fin du XIXème siècle, le destin de la Nouvelle-Calédonie est intimement lié à l’exploitation du nickel, une ressource devenue importante pour la transition écologique.

Mais à un contexte de marché mondial dégradé s’ajoutent des difficultés structurelles, qui menacent la première activité économique de la « Grande-Terre ».

Première source de richesse de la Nouvelle-Calédonie et objet de vives tensions sociales depuis des décennies, « or vert » et « métal du diable », le nickel fait vivre 20 à 25% des Calédoniens au rythme des aléas d’un marché connu pour sa grande volatilité.

Car en matière de nickel, il existe une distinction cruciale : celui issu des amas sulfurés est stratégique, car le sulfate de nickel entre dans la composition des cathodes de batteries lithium-ion des véhicules électriques, pour lesquelles la demande devrait fortement augmenter dans les prochaines décennies.

Et il y a le nickel de latérite, issu de roches rouges essentiellement présentes dans les milieux tropicaux, utilisées en métallurgie pour la création d’alliages et d’acier inoxydable. Or, si l’archipel possède environ 5,46% des ressources mondiales du métal, selon l’United States Geolocigal Survey (USGS), seule l’usine Prony du sud de la Grande-Terre produit le précieux sulfate.

Les deux autres usines, SLN à Nouméa et KNS au Nord, sont dédiées à la production de ferronickel, plus énergivore et au cours plus variable : de 31.000 dollars en janvier 2023, la tonne de nickel n’en valait plus que 16.570 dollars en décembre de la même année, un recul de 47% de sa valeur.

Or, l’industrie calédonienne est désormais fortement concurrencée par l’essor de l’industrie minière en Indonésie, dopée aux capitaux chinois et dont l’énergie est subventionnée.

Avec la découverte graduelle dans la dernière décennie des plus importantes réserves de nickel au monde (42%, selon l’USGS), l’Indonésie est en mesure d’inonder le marché de ferronickel de moindre qualité, mais dont les volumes compensent la faible rentabilité.

Confronté à cette concurrence, à la hausse des prix de l’énergie et à l’épuisement des gisements les plus riches, le nickel calédonien rencontre d’importants problèmes de rentabilité, et l’État a dû intervenir massivement pour soutenir le secteur dans les dernières années.

– Matière première « essentielle » –

Les trois mines et usines métallurgiques ont déjà reçu « plus de 700 millions d’euros d’aide » d’argent public depuis 2016, rappelait ainsi le ministre de l’économie Bruno Le Maire en mars dernier, incitant les collectivités calédoniennes, l’État et les industriels de la mine et de la métallurgie à signer un « pacte nickel ».

L’État s’engagerait ainsi à investir dans le secteur afin de permettre sa modernisation et la rationalisation des coûts en énergie, l’une des principales charges de l’industrie du nickel ; mais la contribution attendue des collectivités calédoniennes est jugée trop importante par le Congrès de la Nouvelle-Calédonie.

Le territoire est en effet déjà lourdement endetté, notamment par les prêts d’urgence contractés durant la pandémie de Covid-19.

Source d’espoir pour l’industrie calédonienne, la filière des batteries électriques pour voitures se structure progressivement en Europe. En 2023, l’UE a ajouté le nickel à sa liste de matières premières « essentielles » pour « les ambitions écologiques et numériques de l’Europe » ; et quatre projets de « gigafactories » de batteries en France pourraient alimenter la demande en nickel, selon le rapport « Avenir de la filière du nickel en Nouvelle-Calédonie » 2023 du Conseil général de l’économie (CGE) et de l’Inspection générale des finances (IGF).

Or, la quantité limitée d’amas sulfurés disponibles, matériaux de choix pour la conception des batteries, est insuffisante pour couvrir la demande. Le traitement des latérites sulfurées, dont la Nouvelle-Calédonie possède d’importantes ressources, pourrait ainsi constituer un nouveau débouché et redonner du souffle à son industrie.

Mener cette transformation exigerait toutefois d’importants investissements dans les infrastructures calédoniennes, alors que les trois usines de la Grande-Terre connaissent aujourd’hui des difficultés existentielles. Pour répondre aux besoins de l’UE en nickel de batterie, la Nouvelle-Calédonie devrait ainsi « résorber un déficit de compétitivité considérable », prévenait le rapport « Avenir de la filière du nickel » en août 2023.

pim/uh/eb

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2024 Agence France-Presse. »

Posté le par AFP


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !