Logo ETI Quitter la lecture facile
Visuel AFP

AFP

Pour Cormand (EELV) « l’arbre » Rugy ne doit pas cacher « la forêt » LREM

Posté le par

« Il ne faut pas que l’arbre de Rugy cache la forêt La République en Marche », a estimé vendredi le secrétaire national d’EELV David Cormand, jugeant que l’affaire qui éclabousse le ministre de l’Ecologie était à l’image d’un pouvoir « à côté de la plaque ».

« Il faut faire attention (…) à ne pas se centrer sur le cas de Rugy, le cas personnel », a déclaré sur RFI le député européen, pour qui ces évènements « font système » avec un pouvoir qui reproduit parfois « en pire » les travers de « l’ancien monde », et qui sur le plan social « est un petit peu à côté de la plaque par rapport aux réponses qu’il faudrait apporter ».

Les photos des agapes de M. de Rugy et de ses invités choquent parce qu’elles contrastent « avec une situation sociale extrêmement dure, difficile et une attitude du pouvoir en place par rapport à ces mouvements sociaux qui est extrêmement brutale », a-t-il expliqué.

Pour M. Cormand, les dîners fastueux reprochés à l’ancien député EELV, « ça ne ressemble pas au François de Rugy qu’on fréquentait quand il était il y a plus de cinq ans maintenant chez les Verts, c’est quelqu’un qui a un caractère plutôt réservé, sobre, voire austère, qui ne boit pas spécialement du vin ».

In fine, « il y a deux grands perdants dans cette affaire, l’image de la démocratie et l’écologie », a regretté le patron des Verts.

« François de Rugy qui n’était pas un ministre de l’Ecologie avec un poids politique considérable », est « encore plus affaibli ».

Le député LFI Eric Coquerel a lui aussi estimé que l’affaire « dépasse la personnalité de François de Rugy ».

« Ce qui n’est plus supportable dans cette affaire, c’est que d’un côté on a un gouvernement qui impose l’austérité, qui gèle le point d’indice des fonctionnaires », et « de l’autre côté qui continue d’avoir un train de vie à bien des aspects insupportables, voilà ce qui ne va pas et qui provoque une colère légitime », a-t-il martelé sur Public Sénat.

Ce qui est reproché à M. de Rugy, « est-ce que c’est plus scandaleux ou moins scandaleux que les 300.000 euros qui ont été mis pour la moquette de l’Elysée ? Les 500.000 euros qui ont été mis pour la vaisselle, les 34.000 euros de la piscine de Brégançon ? », a interrogé le député de Seine-Saint-Denis.

« Si je suis hostile à François de Rugy, c’est sur l’écologie », a de son côté affirmé sur France Info François Ruffin (LFI), considérant qu’il mène « une écologie de château ».

« Je pense qu’un ministre de la Transition écologique doit incarner la sobriété », être « dans un combat contre les lobbys et dans un combat contre les multinationales », a dit le député, alors que selon Ouest-France M. de Rugy a organisé en mars un dîner avec des lobbyistes du monde de l’énergie.

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 Agence France-Presse. »

Posté le par


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !