Logo ETI Quitter la lecture facile
Visuel AFP

AFP

Procès Mediator: longs débats en vue sur l’expertise judiciaire

Posté le par AFP

Le tribunal correctionnel de Paris, qui juge les laboratoires Servier et l’Agence du médicament dans l’affaire du Mediator, a commencé lundi à examiner le rapport d’expertise sur ce médicament tenu pour responsable de centaines de morts.

Les trois auteurs de ce rapport, remis aux juges d’instruction en décembre 2013, ont débuté à la barre la lecture de leurs conclusions sur les propriétés du benfluorex, la molécule active du Mediator, qu’ils doivent décliner pendant trois jours.

Durant les trente-trois ans de sa commercialisation et jusqu’à son retrait le 30 novembre 2009, le médicament, présenté comme un adjuvant au traitement du diabète mais largement prescrit comme coupe-faim, a été utilisé par cinq millions de personnes.

Le Mediator est à l’origine de graves lésions cardiaques et d’une pathologie rare, l’hypertension artérielle pulmonaire (HTAP), et pourrait être responsable à long terme de 2.100 décès, selon les experts judiciaires.

Le tribunal entendra ensuite, jusqu’à début novembre, quinze témoins cités par les laboratoires Servier, en réponse à ce rapport d’expertise.

Au coeur des débats, qui s’annoncent techniques et arides: le groupe pharmaceutique a-t-il volontairement dissimulé les propriétés anorexigènes du Mediator et son éventuelle toxicité?

Les laboratoires Servier, jugés notamment pour « tromperie aggravée », « escroquerie » et « homicides et blessures involontaires », s’en sont toujours défendus, affirmant qu’il n’y avait pas eu « de signal de risque identifié avant 2009 ».

L’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM, ex-Afssaps) est renvoyée pour « homicides et blessures involontaires », pour avoir tardé à suspendre le médicament. Les anciens responsables de l’Afssaps doivent venir témoigner à partir de la mi-novembre.

Douze personnes physiques comparaissent également à ce procès prévu pour s’achever fin avril 2020.

Quelque 2.600 personnes s’étaient constituées parties civiles avant l’ouverture des débats, le 23 septembre.

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 Agence France-Presse. »

Posté le par AFP


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !