Logo ETI Quitter la lecture facile
Visuel AFP

AFP

Renault convoque un conseil d’administration pour nommer Luca de Meo directeur général

Posté le par AFP

Renault a convoqué mardi à 14H00 un conseil d’administration destiné à valider la nomination comme directeur général de Luca de Meo, transfuge du groupe Volkswagen, a-t-on appris de source proche du constructeur automobile français.

Les administrateurs du groupe au Losange, qui se retrouveront au siège de l’entreprise à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), s’étaient déjà exprimés en décembre en faveur de la candidature de M. de Meo, un Italien de 52 ans, pour prendre les rênes opérationnelles du fabricant d’automobiles.

Un communiqué doit être diffusé à l’issue de la réunion.

Selon des sources proches du groupe au losange, la prise de fonction de M. de Meo, qui dirigeait jusqu’ici le constructeur espagnol Seat (filiale de Volkswagen), ne sera pas immédiate, mais devra attendre encore « quelques mois » en raison du contrat qui le liait au groupe allemand.

De gros chantiers attendent ce dirigeant polyglotte et parfaitement francophone.

Le président du conseil d’administration Jean-Dominique Senard compte sur lui pour donner un nouveau souffle à une entreprise ébranlée par les soubresauts de l’affaire Carlos Ghosn, l’ancien patron du groupe arrivé clandestinement fin décembre au Liban pour fuir la justice japonaise qui devait le juger pour diverses malversations.

Luca de Meo est crédité d’avoir redressé Seat dont il avait pris la direction en 2015 après avoir piloté le marketing et les ventes du constructeur allemand Audi. La marque espagnole, moribonde il y a quatre ans, a battu l’an dernier un record historique de ventes.

Les administrateurs de Renault avaient décidé en octobre de démettre de ses fonctions le directeur général Thierry Bolloré, dont les performances et le style de management, réputé autoritaire, étaient mis en cause. Depuis, la directrice financière Clotilde Delbos assurait l’intérim.

Luca de Meo devra notamment redresser en Europe l’activité de la marque au losange qui doit monter en gamme pour se distinguer davantage de sa filiale roumaine « low-cost » Dacia.

Renault est au plus mal en Bourse. L’action a perdu plus de la moitié de sa valeur depuis l’arrestation de Carlos Ghosn en novembre 2018, signe de la défiance des investisseurs après une année de crise entre le constructeur français et son allié Nissan.

aro/tq/spi

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2020 Agence France-Presse. »

Posté le par AFP


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !