Logo ETI Quitter la lecture facile
Visuel AFP

AFP

Roussel (PCF) appelle le gouvernement à « nationaliser, même temporairement, Ascoval »

Posté le par

Le secrétaire national du PCF et député du Nord, Fabien Roussel, a appelé jeudi le gouvernement à « nationaliser, même temporairement, Ascoval » pour « sauver définitivement » l’aciérie de Saint-Saulve (Nord).

« Après un premier échec de reprise, le nouvel acquéreur apparaît jour après jour comme de moins en moins fiable. 5.000 emplois sont en jeu en Angleterre; 268 autres sont directement menacés en France », a-t-il déclaré dans un communiqué publié juste avant une réunion à Bercy avec les représentants des salariés de l’aciérie et les élus.

M. Roussel « demandera cet après-midi au ministre de l’Economie » Bruno Le Maire « de prendre toutes les dispositions pour nationaliser, même temporairement, Ascoval ». « C’est un enjeu crucial pour notre industrie, pour notre sidérurgie mais aussi pour préserver nos savoir-faire et l’emploi. »

« Le fonds d’investissement britannique Greybull Capital, qui a racheté British Steel puis Ascoval, s’est spécialisé dans la reprise d’activités en difficulté. Son but: les revendre au bout de deux à trois ans en réalisant une forte plus-value. Nous ne voulons pas de ça avec Ascoval! », insiste l’élu.

« Basé à Jersey, paradis fiscal notoire, ce fonds d’investissement est aussi un spécialiste des montages d’optimisation fiscale les plus complexes et les plus opaques pour payer le moins d’impôts possible, voire pas d’impôts du tout, sur ses opérations », ajoute-t-il.

Ces fonds d’investissements, dénonce Fabien Roussel, sont « de véritables fonds vautours qui dépècent nos usines, éludent les impôts et utilisent les salariés comme de véritables variables d’ajustement de leurs profits ».

Le gouvernement, Premier ministre en tête, a dit jeudi croire dans les engagements pris par le repreneur de l’aciérie de Saint-Saulve après la faillite de British Steel.

Cette faillite du sidérurgiste britannique a été annoncée une semaine après la reprise de l’usine du groupe Ascoval par la maison mère de British Steel, la société Olympus Steel Ltd, elle-même détenue par le fonds d’investissement Greybull Capital.

frd/cmk/az

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 Agence France-Presse. »

Posté le par


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !