Logo ETI Quitter la lecture facile
Visuel AFP

AFP

Roussel (PCF) s’indigne d’une potentielle augmentation des prix des vaccins

Posté le par AFP

Le patron et probable candidat des communistes à la présidentielle Fabien Roussel s’est indigné, lundi dans un courrier à Emmanuel Macron, de l’augmentation potentielle des prix des vaccins, « un hold-up de notre Sécurité sociale ».

Fabien Roussel s’appuie sur un document transcrivant des propos des dirigeants de Pfizer à leurs investisseurs, indiquant que le prix normal d’un vaccin, hors pandémie, n’est plus de 19 dollars mais de 150 à 175 dollars.

« C’est un véritable hold-up de notre Sécurité Sociale, réalisé, comme tous les braquages, dans la plus grande discrétion, en toute opacité », s’émeut le député du Nord dans la lettre au président de la République, transmise à la presse.

« Leur but, et ils l’affirment dorénavant sans honte, est de réaliser des marges toujours plus importantes, scandaleuses, sur le dos des finances publiques et de notre Sécurité sociale », dénonce-t-il.

Le secrétaire national du PCF réclame la « transparence » au président, qui devrait aussi selon lui militer sur le plan international pour la levée des brevets afin que les vaccins puissent être produits sous licence libre.

« Le prix actuel (…) pourrait évoluer lorsque le monde ne sera plus dans ce contexte de pandémie », a admis Pfizer dans une réaction transmise à l’AFP.

Toutefois, Pfizer a assuré que les propos cités par M. Roussel et les montants évoqués ne s’appliquaient qu’aux Etats-Unis, où le groupe est plus libre de fixer le prix de son vaccin, et ne concernaient pas le « reste du monde ».

« En Europe, le prix du vaccin a été négocié par la Commission Européenne pour le compte des 27 Etats membres, il n’est donc pas librement fixé par le fabricant », a insisté Pfizer.

La Commission européenne est en train de négocier l’achat de nouveaux vaccins Pfizer/BioNTech pour les années à venir et, selon le Premier ministre bulgare, le groupe demande un montant plus élevé.

Mais celui-ci, à moins de 20 euros la dose, resterait nettement moins élevé que les plus de 150 dollars évoqués par les dirigeants de Pfizer auprès de leurs investisseurs.

La semaine dernière, le patron du groupe, Albert Bourla, a, par ailleurs, expliqué que Pfizer prévoyait des prix plus ou moins élevés selon les pays. Le groupe promet de vendre son vaccin sans faire de bénéfices aux pays les moins développés.

bap-jdy/mch/pb

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2021 Agence France-Presse. »

Posté le par AFP


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !