Logo ETI Quitter la lecture facile
Visuel AFP

AFP

Salmonelle: la direction de l’Alimentation met en cause la transparence de Lactalis

Posté le par

Le directeur général de l’Alimentation (DGAL), rattaché au ministère de l’Agriculture, a laissé entendre mardi que Lactalis n’avait pas transmis les résultats d’autocontrôles positifs à la salmonelle de son usine de Craon, lors des inspections menées ces dernières années par les services sanitaires.

« Ce que l’on constate, c’est qu’il y a un décalage entre les éléments donnés au niveau de l’inspection et ce qu’on a pu récupérer comme autocontrôles suite à la crise », a déclaré Patrick Dehaumont, auditionné par les commissions des affaires économiques et sociales du Sénat.

« Pendant toutes ces années, il y a eu des autocontrôles d’environnement positifs faisant apparaître la salmonelle qui ne vous ont pas été transmis? », l’a interrogé la présidente de la Commission des affaires économiques, Sophie Primat.

« C’est ça », a acquiescé M. Dehaumont.

« Alors que vous aviez demandé l’ensemble des autocontrôles? », l’a t-elle relancé. « Un des éléments de vérification (…) c’est la vérification des autocontrôles », a répondu M. Dehaumont précisant qu’il y avait eu au total 16 interventions en dix ans.

« Au-delà du fait que ça n’ait pas été transmis, ce qui est dommage, c’est qu’il n’y ait pas eu un questionnement au niveau de l’entreprise sur le fait que c’était quand même étonnant de retrouver une salmonella agona à plusieurs reprises au fil des années, alors qu’on l’avait trouvée en 2005 », a-t-il ajouté.

Dans le jargon administratif et sanitaire de l’industrie agroalimentaire, une salmonelle retrouvée « dans l’environnement » signifie qu’elle pouvait être sur un mur, un parquet ou un outil, mais pas dans l’aliment fabriqué lui-même.

Contacté mardi soir par l’AFP, Lactalis n’a pas réagi dans l’immédiat.

Dans une interview accordée aux Echos fin janvier, le PDG de Lactalis Emmanuel Besnier avait reconnu, puisque des salmonelles ont bien été trouvées « dans l’environnement » de l’usine entre 2005 et 2017, qu’il ne pouvait « exclure que des bébés aient consommé du lait contaminé sur cette période ».

Une contamination à la salmonelle avait frappé l’usine en 2005, avant son rachat par Lactalis.

L’épidémie de 2005 avait touché 146 nourrissons, a rappelé mardi M. Dehaumont.

Celle de 2017 en a affecté 37 en France, ainsi que deux en Espagne, et un autre probable en Grèce.

La bactérie en a également contaminé 25 autres entre 2006 et 2016, selon l’Institut Pasteur.

Le bilan dépasse donc 200 enfants malades à cause d’une souche unique.

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 Agence France-Presse. »

Posté le par


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !