Logo ETI Quitter la lecture facile
Visuel AFP

AFP

SDHI: le ministre de l’Agriculture soutient l’Anses et les scientifiques

Posté le par

Le ministre de l’Agriculture Didier Guillaume a défendu, mardi devant l’Assemblée, « l’indépendance » et « la compétence » de l’Agence de sécurité sanitaire (Anses), mise en cause par le député LFI Loïc Prud’homme à propos d’un avis sur les SDHI, des fongicides controversés.

« C’est aux scientifiques de dire ce qui est, ce n’est pas aux politiques. A partir de là (…) la position de ce gouvernement c’est de s’en remettre à l’avis des scientifiques. Nous sommes rationnels et nous nous en remettons à l’Anses, agence qui est indépendante et compétente », a assuré le ministre.

M. Prudh’homme avait qualifié « de bombe sanitaire à retardement » les SDHI (inhibiteurs de la succinate déshydrogénase), onze molécules utilisées « à grande échelle » contre les moisissures sur les produits agricoles, ajoutant « qu’une fois de plus les pouvoirs publics s’en remettent aux multinationales qui produisent à la fois les molécules et les études censées les évaluer ».

« Il faut mettre de la rationalité dans tout ça », lui a répondu le ministre.

« Nous avons suivi l’alerte donnée par des scientifiques par rapport à ces molécules SDHI. Immédiatement l’Anses s’en est saisie mais l’Anses n’est à la solde d’aucun industriel, c’est une agence indépendante », a-t-il encore asséné.

M. Guillaume a également rappelé qu’en début d’année, quand l’Anses avait estimée qu’aucune alerte sanitaire n’était dans l’immédiat justifiée concernant les fongicides SDHI, « parallèlement, elle est intervenue au niveau de l’UE pour mettre une vigilance en place et regarder ce qui pourrait être fait ».

Fin juillet, l’Anses a assuré dans un communiqué qu’elle poursuivait le « traitement de ce signal » concernant les fongicides SDHI.

L’Agence indiquait qu’elle continuait à travailler sur « la définition et le financement de travaux de recherche spécifiques », « la détection d’éventuels effets sanitaires », et enfin « les échanges avec les organismes de recherche et les agences sanitaires chargées de l’évaluation de ces substances, notamment l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) ».

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 Agence France-Presse. »

Posté le par


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !