Logo ETI Quitter la lecture facile
Visuel AFP

AFP

Séisme: toutes les procédures de contrôle pour les centrales mises en oeuvre (Poirson)

Posté le par AFP

La secrétaire d’Etat à la Transition écologique Brune Poirson a assuré mardi qu’il n’y avait pas d’inquiétude pour les centrales nucléaires situées non loin de la zone touchée lundi par un séisme dans la vallée du Rhône car les procédures de contrôle ont été « mises en oeuvre parfaitement ».

« Toutes les procédures de suivi et de contrôle ont été déclenchées, elles ont été mises en oeuvre parfaitement », a déclaré Mme Poirson sur RMC. « C’est l’ASN, l’agence de sureté nucléaire, qui a vérifié et qui contrôle tout ça », a-t-elle ajouté.

EDF a notamment arrêté pour un audit approfondi la centrale de Cruas (Ardèche), avec un redémarrage prévu pour l’instant vendredi. En revanche, la centrale nucléaire du Tricastin (Drôme), plus éloignée de l’épicentre du séisme, ne devra pas être arrêtée, aucun seuil d’alerte n’y ayant été mesuré, avait estimé l’ASN.

L’autre raison qui justifie qu’il n’y ait pas d’inquiétude à avoir pour les centrales, selon la secrétaire d’Etat, est que « dès le départ, au moment de la construction, on avait intégré le fait qu’il pouvait potentiellement y avoir des séismes ».

« On avait pris comme référence (…) le séisme le plus important sur une période de plusieurs milliers d’années », a-t-elle souligné.

Cela « n’empêche pas une extrême vigilance », a-t-elle ajouté. Elle a rappelé que « chaque événement, aussi minime qu’il soit, fait l’objet d’un retour d’expérience », ce qui permet de « nourrir toujours plus d’exigence en matière de sûreté et de vérification, de contrôle et de suivi » des centrales nucléaires.

Par ailleurs, s’agissant du glyphosate, Brune Poirson a assuré que la France était « dans les temps » et « en ligne » avec son calendrier de sortie. « Au 31 décembre 2020, nous sortirons des principaux usages du glyphosate », a-t-elle assuré.

« Croire que ça se fera facilement, ce serait faux. Sinon tous les autres pays européens se seraient alignés sur la position française, à savoir qu’on en sortirait d’ici 3 ans et 5 ans », a-t-elle poursuivi.

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 Agence France-Presse. »

Posté le par AFP


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !