Logo ETI Quitter la lecture facile
Visuel AFP

AFP

Trisomie: des ministres et députés allemands pour un accès restreint au dépistage

Posté le par

Plus d’une centaine de députés et des ministres allemands ont lancé vendredi une initiative pour empêcher le remboursement systématique d’un test de dépistage sanguin prénatal du syndrome de Down, craignant une hausse des avortements.

Les élus avancent des arguments « éthiques » pour s’opposer au remboursement par les caisses publiques d’assurance maladie de ces tests, une mesure actuellement à l’étude ce type de dépistage pouvant coûter plusieurs centaines d’euros.

« Chaque vie humaine vaut la peine d’être vécue. Sur le plan éthique, tout être humain a le droit naturel d’être désiré et accueilli », a estimé dans un communiqué le député conservateur Rudolf Henke (CDU).

« Les progrès réalisés dans les diagnostics génétiques nous forcent à nous questionner sur la façon dont nous voulons aborder les connaissances qui en découlent », a-t-il ajouté.

L’initiative parlementaire recouvre tout le spectre politique, excepté l’extrême droite, et est notamment soutenu par la coprésidente du groupe parlementaire des Verts, Katrin Göring-Eckardt, les ministres conservatrices de la Culture Monika Grütters et de la Recherche Anja Karliczek ou encore le député proche d’Angela Merkel, Volker Kauder.

Ils appellent à « mieux informer » les futurs parents sur la trisomie 21, autre nom du syndrome de Down. « Que pouvons-nous faire pour contrer efficacement les préjugés à l’égard des personnes handicapées? », s’interrogent-ils notamment.

« Nous pensons que de plus en plus de futurs parents opteront pour de tels tests s’ils deviennent la norme et que, par conséquent, ceux qui décident de ne pas subir un test et éventuellement de donner naissance à un enfant atteint du syndrome de Down seront soumis à une pression croissante pour se justifier », poursuivent-ils.

La trisomie 21 ou syndrome de Down est une anomalie chromosomique qui entraîne notamment des déficiences intellectuelles variables chez les personnes atteintes. Aucun traitement curatif n’existe à l’heure actuelle.

Son dépistage s’effectue d’abord par des mesures sur les échographies en début de grossesse, puis en cas de risque par amniocentèse sur la femme enceinte, une intervention qui n’est pas sans risque.

Depuis 2008, un simple test sanguin est disponible pour diagnostiquer cette maladie et d’autres, plus rares comme la trisomie 13 ou 18. Il est aujourd’hui utilisé par plus de trois millions de femmes enceintes par an dans le monde mais son coût reste souvent prohibitif.

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 Agence France-Presse. »

Posté le par


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !