Logo ETI Quitter la lecture facile
Visuel AFP

AFP

Un Boeing 787 utilisé comme banc d’essai volant pour étudier la réduction de bruit

Posté le par AFP

Boeing a étudié les moyens de réduire le bruit provoqué par l’avion en vol et à l’atterrissage à l’aide d’un B787 Dreamliner utilisé comme banc d’essai volant dans le cadre de son programme ecoDemonstrator, a annoncé mardi l’avionneur américain.

Ce programme, créé en 2010, permet chaque année au constructeur de disposer d’un appareil pendant une période donnée afin de « valider en conditions de vol réelles des concepts » développés en laboratoire, a expliqué au cours d’un point de presse virtuel Mike Sinnett, directeur général chargé du développement de produits chez Boeing.

Il a notamment permis de mettre au point les « winglets » (ailettes verticales situées en bout d’aile) du 737 MAX, des applications permettant aux pilotes d’avoir sur leur tablette l’évolution de la météo afin d’optimiser leur trajectoire ou encore des caméras extérieures pour éviter des obstacles au sol.

Pour la campagne 2020, la compagnie aérienne émiratie Etihad a mis à disposition pendant 27 jours un de ses B787 Dreamliner pour servir de banc d’essai volant.

L’appareil a été équipé de 214 microphones sur son fuselage, 1.000 autres étant disposés au sol pour enregistrer le bruit fait par l’avion, qui a effectué 88 passes dans un endroit isolé du Montana (nord-ouest des États-Unis) dans le cadre d’une collaboration avec la Nasa, a détaillé Doug Christensen, responsable du programme chez Boeing.

Selon lui, « il s’agit de l’étude la plus complète que nous ayons menée sur le bruit ».

L’avion a également permis de tester un système de carénage du train d’atterrissage, mis au point par Safran, qui permet selon l’équipementier français de réduire le bruit du train d’atterrissage de plus de 20%.

Jusqu’à 40% du bruit extérieur des avions long-courriers modernes peut provenir des trains d’atterrissage.

L’ecoDemontrastor a par ailleurs permis de tester un carburant composé pour moitié de biocarburant provenant de déchets agricoles non comestibles, le maximum autorisé pour l’aviation commerciale, ou encore d’étudier une adaptation des trajectoires de vol en temps réel afin de diminuer la consommation de carburant.

Boeing en a enfin profité pour valider l’utilisation d’une lampe à UV portable mise au point en six mois. Elle permet de désinfecter le cockpit en 15 minutes et d’éviter d’utiliser des produits chimiques sur des équipements électroniques. Boeing a confié mardi la production de sa distribution à la société Healthe, basée en Floride.

mra/mlb/eb

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2020 Agence France-Presse. »

Posté le par AFP


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !