#

Fonte calottes glaciaires

Fonte calottes glaciaires dans l'actualité

PublicitéDevenez annonceur

Toute l'actualité


Fonte calottes glaciaires dans les livres blancs


Fonte calottes glaciaires dans les ressources documentaires

  • Article de bases documentaires
  • |
  • 10 mai 2016
  • |
  • Réf : H7405

Interopérabilité des systèmes d’information documentaire

Les principes de l'interopérabilité des plate-formes documentaires sont amorcés par des efforts de normalisation et d'harmonisations assez anciens, mais avec le développement des outils du web, ils doivent être revisités. L'interopérabilité assure l'industrialisation des métadonnées et généralise la pratique du catalogage dérivé, multiplie l'exploitation des sources hétérogènes au sein des dispos...

Les articles de référence permettent d'initier une étude bibliographique, rafraîchir ses connaissances fondamentales, se documenter en début de projet ou valider ses intuitions en cours d'étude.

  • Article de bases documentaires
  • |
  • 10 mars 2002
  • |
  • Réf : M7620

Prétraitement de la fonte liquide

de la réduction du minerai de fer et de la fusion de la fonte liquide, associée à des mesures et des consignes d... de l’aciériste, les principales impuretés contenues dans la fonte liquide sont le carbone, le silicium... , le manganèse, le phosphore, le soufre et, dans certains cas particuliers (fontes chinoises, par exemple... de prétraitement de la fonte liquide, de questionner le haut fourniste au sujet de sa maîtrise de ces impuretés...

Les articles de référence permettent d'initier une étude bibliographique, rafraîchir ses connaissances fondamentales, se documenter en début de projet ou valider ses intuitions en cours d'étude.

  • Article de bases documentaires
  • |
  • Réf : TBA1064

Les fontes

). En pratique, les éléments constitutifs principaux des fontes non alliées sont, outre le carbone (en général 3...  % ; phosphore : 0,05 à 2,5 % ; soufre : 0,15 % maximum. Une fonte... non alliée est dite « fonte ordinaire » ; une fonte est dite spéciale si, en dehors des éléments ci... ,30 %) ; chrome (plus de 0,20 %) ; titane, molybdène, vanadium, aluminium (plus de 0,10 %). De même, une fonte...

Les articles de référence permettent d'initier une étude bibliographique, rafraîchir ses connaissances fondamentales, se documenter en début de projet ou valider ses intuitions en cours d'étude.

  • Article de bases documentaires : FICHE PRATIQUE
  • |
  • 08 août 2011
  • |
  • Réf : 0241

La conception universelle, inclusive

Vous souhaitez mettre en œuvre une démarche de conception universelle pour bénéficier des retombées positives en termes d’image pour votre entreprise. En outre, l’incitation réglementaire pour l’accessibilité des produits et services est en route en France depuis la loi du 11 février 2005 « pour l’égalité des droits et des chances ». Mais la notion de conception universelle est vague et peut sembler difficile à appliquer.

La conception universelle est définie comme la conception de produits et d’environnements dont l’usage est destiné à tous dans la plus large mesure, sans besoin d’adaptation ou de conception spéciale. Cette conception vise les personnes de tous âges, toutes tailles et toutes capacités, pour simplifier l’usage des produits et la vie de chacun, sans coût supplémentaire ou avec un faible surcoût. Elle se décline en de nombreuses approches : « Conception pour tous » pour les technologies de l’information et de la communication, « Conception accessible » pour les espaces et les services, « Conception transgénérationnelle » centrée en particulier sur les personnes âgées, et « Conception inclusive » dont la démarche est basée sur la décomposition des profils utilisateurs en capacités.

Nous proposons dans cette fiche une approche simplifiée de la conception universelle qui pourra notamment vous aider à répondre aux questions suivantes :

  • Quelles sont les caractéristiques d’un produit universel ?
  • Comment tester l’universalité d’un produit ?

Méthodes, outils, pilotage et cas d'étude

  • Article de bases documentaires : FICHE PRATIQUE
  • |
  • 22 août 2011
  • |
  • Réf : 0306

L'innovation en amont tirée par l'analyse économique

L’ère de la R&D toute-puissante est révolue. Longtemps déconnectée de l’application aux produits, l’innovation technologique est aujourd’hui utilisée comme un argument commercial majeur, dès les premières phases des projets. Il est donc impératif de prévoir des étapes de validation et des études de rentabilité le plus tôt possible. Comment mettre en place une approche économique pour les innovations amont ?

L’approche économique d’une innovation se définit comme l’étude de rentabilité et toutes les analyses de sensibilité qui s’y rapportent dans les phases amont. À ce stade, l’innovation n’a pas toujours une valeur client facilement appréhendable et des technologiques matures. Comment pouvez-vous la valoriser ?

Méthodes, outils, pilotage et cas d'étude

  • Article de bases documentaires : FICHE PRATIQUE
  • |
  • 19 mai 2014
  • |
  • Réf : 0315

Capitaliser les innovations

Votre organisation innove et/ou crée :

  • des solutions fonctionnelles ;
  • des procédés de fabrication ;
  • des modes de production (schémas industriels) ;
  • des offres produits ;
  • de nouveaux positionnements sur le marché ;
  • des évolutions de processus, méthodes et outils ;
  • des solutions à des problèmes techniques…

Et il s’agit d’assurer :

  • la transmission optimale des innovations vers les équipes et les acteurs devant exploiter et transformer celles-ci dans le cadre de développements – par exemple pour leur implémentation opérationnelle chez les clients ;
  • l’intégration de ces nouveaux éléments de savoir-faire dans le patrimoine existant ;
  • leur « sauvegarde » adéquate en vue d’une réutilisation ultérieure, dans le cas où une innovation est temporairement mise de côté ;
  • la construction d’un socle robuste pour la mise au point et/ou l’exploitation de nouveaux axes d’innovation (innovation incrémentale) ;
  • une formalisation conforme au cadre de la protection intellectuelle (dépose de brevet, etc.).

La capitalisation fait partie intégrante du cycle d’innovation, c’est-à-dire du développement du savoir-faire des entreprises : innovation et capitalisation représentent ensemble les capacités d’apprentissage de l’entreprise.

Méthodes, outils, pilotage et cas d'étude


INSCRIVEZ-VOUS AUX NEWSLETTERS GRATUITES !