#

Détection

Détection dans actualités

PublicitéDevenez annonceur

Toute l'actualité


Détection dans les livres blancs


Détection dans les conférences en ligne


Détection dans les ressources documentaires

  • Article de bases documentaires
  • |
  • 10 juin 2016
  • |
  • Réf : MED4205
  • Article de bases documentaires
  • |
  • 10 févr. 2016
  • |
  • Réf : RAD6712

Introduction à la détection sous-marine passive

Le sonar passif est discret et ne perturbe pas la faune marine puisqu’il ne fait qu’écouter les sons provenant des bruiteurs, lesquels émettent des signaux acoustiques se propageant dans l’océan pour être reçus par les antennes du sonar. Ces dernières sont perturbées par les nuisances sonores provenant du porteur et du milieu. Les signaux issus des capteurs de l’antenne sont traités par des algorithmes appropriés dont les sorties sont visualisées afin qu’un opérateur, aidé de l’écoute audio, décide ou non de l’intérêt de la détection. L’exposé suit, étape par étape, ce cheminement de l’information allant de la source acoustique à l’opérateur : cet ordre est aussi celui des termes de l’équation sonar servant à estimer la portée. Trois exemples issus de situations réelles en mer  montrent l’emploi de ce formalisme. 

  • Article de bases documentaires : RECHERCHE ET INNOVATION
  • |
  • 10 mars 2017
  • |
  • Réf : RE182

Identification des odeurs humaines par les chiens policiers

L’odorologie est une technique d’identification des odeurs humaines par des chiens policiers. Utilisée par la sous-direction de la police technique et scientifique (SDPTS) d’Ecully depuis 2003, elle permet de démontrer la présence d’un individu sur une scène d’infraction. Après une description de la physiologie de la perception olfactive du chien, cet article détaille les différentes phases de la formation que suivent les chiens au sein de la SDPTS ainsi que les résultats obtenus. L’analyse de l’ensemble des données montre qu’à l’issue de deux années de formation les chiens sont capables de faire la correspondance entre deux odeurs humaines dans 85 % des cas, sans jamais commettre d’erreur.

  • Article de bases documentaires : FICHE PRATIQUE
  • |
  • 16 juin 2015
  • |
  • Réf : 0525

Définir un plan de surveillance

Vous devez définir et planifier les dispositions préétablies spécifiques (type de contrôle, méthodes, moyens, échantillonnage, spécifications, fréquence, etc.) mises en œuvre tout au long du process pour démontrer la conformité de l’ensemble des caractéristiques des produits.

Le plan de surveillance est cette colonne vertébrale de l’assurance qualité dans le sens où il constitue l’articulation entre les besoins ou attentes du marché (des clients) et leur satisfaction. C’est un document synthétique dont le rôle est de permettre de prouver en permanence la conformité et, par voie de conséquence, de détecter les anomalies.

Concrètement, il répond aux exigences suivantes des paragraphes de l’ISO 9001:2008 :

  • 7.3.3 « Éléments de sortie de la conception et du développement » du chapitre 7 « réalisation du produit ». Les référentiels sectoriels qui complètent l’ISO 9001 tels que l’ISO TS 16949:2009 pour l’industrie automobile précisent ces exigences. Il cite et définit le plan de surveillance ;
  • 8.1 « Généralités », 8.2.3 « Surveillance et mesure des processus » et 8.2.4 « Surveillance et mesure du produit » du chapitre 8 « Mesure, analyse et amélioration ».

Nous alors voir maintenant comment construire concrètement un PdS.

  • Article de bases documentaires : FICHE PRATIQUE
  • |
  • 16 mars 2012
  • |
  • Réf : 0554

Gérer les produits non conformes

La gestion des produits ou services non conformes consiste à mettre en place un traitement immédiat pour résoudre la situation détectée. L’ISO 9001:2008 impose une procédure documentée afin que tout produit ou service non conforme soit pris en charge le plus rapidement possible par l’organisme.

  • Qui va détecter un produit ou un service non conforme ?
  • Comment enregistrer ces événements ?
  • Comment traiter un produit ou service non conforme ?

  • Article de bases documentaires : FICHE PRATIQUE
  • |
  • 07 déc. 2011
  • |
  • Réf : 0586

Appliquer la maîtrise statistique des procédés (MSP)

Vous mettez en œuvre un procédé de fabrication pour élaborer un produit dont les caractéristiques mesurées varient de manière aléatoire en fonction des variations aléatoires des paramètres du procédé. La maîtrise statistique des procédés, MSP, autorise une détection précoce des déviations du procédé avant qu’elles n’aient pu affecter la qualité du produit.

Les bénéfices de la méthode MSP sont :

  • d’aider à différencier les variations « normales » aléatoires du procédé de celles dues à une cause assignable (un déréglage d’un des paramètres opératoires). Cela permet ainsi de n’appliquer une correction que quand cela est nécessaire, et ainsi contribue à stabiliser le procédé et à réduire la variabilité du produit ;
  • de permettre une correction des paramètres opératoires avant que la qualité du produit ne soit affectée et ainsi de réduire les coûts de non-qualité ;
  • de permettre aux opérateurs de mieux « visualiser » la qualité du produit et de savoir quand agir. La responsabilité et l’autonomie des opérateurs peuvent ainsi être améliorées tout en stabilisant mieux la qualité du produit.


INSCRIVEZ-VOUS AUX NEWSLETTERS GRATUITES !