#

Chimie verte

Chimie verte dans l'actualité

PublicitéDevenez annonceur

Toute l'actualité


Chimie verte dans les livres blancs


Chimie verte dans les conférences en ligne


Chimie verte dans les ressources documentaires

  • Article de bases documentaires
  • |
  • 10 sept. 2019
  • |
  • Réf : CHV600

Produits biosourcés issus des ressources végétales

L’objet de cet article est d’expliciter les solutions végétales pour approvisionner la chimie verte à partir de la biodiversité des plantes. La clé d’entrée est les trois familles de molécules mobilisables : (a) les sucres, l’amidon, les lipides et les protéines, (b) la lignocellulose dans les organes de soutien et (c) les métabolites secondaires. En découle la description des principales plantes concernées des zones tempérées et tropicales : céréales, oléagineux, palmiers à huile, légumineuses, hévéa, plantes lignocellulosiques, et tubercules/racines. Jatropha, jojoba et cuphea sont en développement. Enfin les principes des systèmes de cultures pour l’implantation durable de chaque espèce sont explicités.

  • Article de bases documentaires : RECHERCHE ET INNOVATION
  • |
  • 10 mars 2019
  • |
  • Réf : IN233

Production d’arômes biosourcés

Les composés aromatiques sont des molécules omniprésentes responsables des goûts et des senteurs qui nous entourent. Dès lors, leur production représente un enjeu majeur pour les industries agroalimentaires, cosmétiques, pharmaceutiques ou de produits d’hygiène et d’entretien. Deux voies principales d'accès à ces composés existent : la voie biotechnologique et la voie de synthèse. A travers l'exemple de la dairy lactone, où les différentes méthodes de production développées sont décrites (dont une méthode biosourcée à partir de sciure de bois), il est possible d'évaluer les avantages et inconvénients de chacun de ces modes de production.

  • Article de bases documentaires
  • |
  • 10 nov. 2018
  • |
  • Réf : J4922

Les six principes de l’éco-extraction du végétal

L’éco-extraction du végétal est basée sur la conception de procédés d’extraction permettant de réduire la consommation énergétique, l’utilisation de solvants alternatifs et de privilégier des ressources végétales renouvelables, tout en garantissant un extrait sûr et de qualité. C’est un concept qui répond aux défis du XXI e  siècle protégeant à la fois notre environnement et les consommateurs tout en améliorant la compétitivité des industries. Cet article présente la définition et les principes de l’éco-extraction avec des applications dans les secteurs de l’agro-alimentaire, de la cosmétique et parfumerie, des biocarburants et de la chimie fine.

  • Article de bases documentaires : FICHE PRATIQUE
  • |
  • 11 juin 2014
  • |
  • Réf : 1052

Booster ses recherches sur Google en soignant la formulation de sa requête

Google comprend-il bien votre requête ? Nous vous présentons dans cette fiche des méthodes permettant de choisir des mots clés appropriés. Nous reviendrons sur la façon dont Google comprend – mais aussi interprète – les termes que vous indiquez, et nous expliquerons comment tirer parti des opérateurs booléens pour élargir ou affiner votre stratégie de recherche.

Toutes les clefs pour maitriser la veille technologique

  • Article de bases documentaires : FICHE PRATIQUE
  • |
  • 27 oct. 2016
  • |
  • Réf : 1109

Biodiversité : vos principales obligations

La biodiversité, contraction de biologique et de diversité, représente la diversité du monde vivant à tous les niveaux : la faune, la flore, les milieux, les ressources naturelles…

Le Sommet de la Terre qui s’est tenu à Rio de Janeiro, en 1992, a consacré l’existence de la Convention sur la diversité biologique (CDB). L’enjeu de cet engagement international est de développer les stratégies nationales pour la conservation et l’utilisation durable de la biodiversité. Cette convention a été ratifiée à ce jour par environ 190 pays, dont la France le 1er juillet 1994.

À partir de 2004, la France a souhaité concrétiser cet engagement international, en lançant la Stratégie nationale pour la biodiversité (SNB) 2011-2020. L’idée est de mettre en place un cadre cohérent pour que tous les porteurs de projets publics et privés puissent être sensibilisés à la biodiversité et agir en conséquence.

À partir de 2007 est intervenu le processus du Grenelle de l’environnement, qui a conduit la France à adopter notamment la loi n° 2010-788 du 12 juillet 2010, portant « engagement national pour l’environnement » dite Grenelle 2. Cette loi comprend un chapitre sur la biodiversité (chapitre 4, articles 94 et suivants) dont l’objectif est d’assurer un bon fonctionnement des écosystèmes en protégeant les espèces et les habitats.

Dans ce contexte, il est important d’identifier :

  • les acteurs de la biodiversité, auprès desquels vous pouvez notamment recueillir des informations ;
  • les contraintes réglementaires propres à la biodiversité ;
  • les outils d’auto-évaluation des impacts de votre activité sur la biodiversité.

La loi n° 2016-1087 du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, publiée au Journal officiel du 9 août 2016, contient plusieurs dispositions destinées à protéger la biodiversité.

Les fiches pratiques répondent à des besoins opérationnels et accompagnent le professionnel en le guidant étape par étape dans la réalisation d'une action concrète.

  • Article de bases documentaires : FICHE PRATIQUE
  • |
  • 03 avr. 2015
  • |
  • Réf : 1469

La mole et le système international d’unités (SI)

La métrologie est la « science des mesures et ses applications » (VIM §2.2). En fait, historiquement, la métrologie avait plutôt un but politique : il s’agissait d’instaurer un système unique d’unités de mesure qui régulerait les activités techniques et économiques d’un pays. C’est en Chine, durant le 2siècle avant JC, qu’aurait eu lieu la création d’un premier système unique de mesure et de monnaie. Aujourd’hui, on parle de système international d’unités ou SI car la grande majorité des pays l’ont adopté. Il existe cependant quelques persistances obsolètes, comme le gallon ou le mile aux États-Unis, ou le baril pour les pétroliers et le degré Celsius en chimie.

Si vous êtes dans un laboratoire accrédité, régulièrement audité par le CoFRAC, la norme ISO 17025 vous demande « d’assurer la traçabilité des étalonnages et des mesurages effectués par le laboratoire par rapport au système international d’unités (SI) ». En conséquence, il n’est pas inutile de se pencher sur la façon dont fonctionne le SI.

Les fiches pratiques répondent à des besoins opérationnels et accompagnent le professionnel en le guidant étape par étape dans la réalisation d'une action concrète.


INSCRIVEZ-VOUS AUX NEWSLETTERS GRATUITES !