#

Biocapteur : définition et propriétés

Outil ou système analytique constitué d'un composé biologique immobilisé, appelé « ligand », relié à un transducteur qui transforme le signal biochimique en un signal physique quantifiable. L'élément biologique immobilisé (par exemple anticorps, enzyme, ADN, micro-organismes) reconnaît une substance cible (par exemple antigène, substrat, ADN complémentaire) dans un milieu complexe. Le transducteur traduit les modifications physico-chimiques (par exemple émission de photons, variation de pH, de masse) issues de la reconnaissance entre le biorécepteur et la molécule cible en un signal électrique mesurable et corrélable à la concentration en substance cible dans le milieu. Selon l'Union internationale de la chimie pure et appliquée (IUPAC), un biocapteur doit être petit et compact, avoir un signal réversible, donner des déterminations précises (réactions on-off) et établir une connexion réelle entre le matériel biologique et le transducteur.

Biocapteur dans l'actualité

PublicitéDevenez annonceur

Toute l'actualité


Biocapteur dans les livres blancs


Biocapteur dans les ressources documentaires

  • Article de bases documentaires
  • |
  • 10 févr. 2019
  • |
  • Réf : CHV1620

Biocapteurs pour la surveillance des polluants dans l’environnement

La surveillance environnementale requiert des approches complémentaires aux méthodes physico-chimiques. Dans ce contexte, les biocapteurs apparaissent comme des solutions pertinentes. Ces outils, de par les mécanismes de reconnaissance biologique mis en œuvre, permettent d’appréhender la métrologie environnementale sous un angle différent : soit au travers de méthodes simplifiées permettant un usage terrain, soit en s’intéressant à des mesures spécifiques telles que la biodisponibilité, la persistance ou la toxicité. Cet article s’intéressera, en premier lieu, au principe et à l’architecture des biocapteurs, avant de présenter des exemples illustrés d’applications dans l’environnement.

  • Article de bases documentaires
  • |
  • 10 oct. 2019
  • |
  • Réf : GE1052

Nouvelles techniques de méta-omiques pour le diagnostic de la qualité microbiologique des sols

Les nouvelles techniques de méta-omiques ont bouleversé le domaine de l’écologie microbienne, notamment grâce à l’apport des nouvelles techniques de séquençage à haut débit. Cette révolution a aussi été bénéfique en proposant des outils afin de mesurer et de réaliser des diagnostics de la qualité microbiologique des sols. Quels sont les bio-indicateurs utilisés ? Comment sont-ils étudiés et appliqués à grande échelle ? Dans cet article, seront présentées les différentes techniques de méta-omiques illustrées par des exemples validés ou en cours de validation ainsi que les développements futurs afin de répondre à l’enjeu essentiel d’une meilleure compréhension et préservation des sols.

  • Article de bases documentaires
  • |
  • 10 juil. 2017
  • |
  • Réf : S7717

Microdrones bio-inspirés

Aujourd’hui, les insectes volants sont perçus comme étant de véritables aéronefs minuscules et agiles, équipés d’un cerveau parcimonieux, capables de naviguer à vue en environnements imprévisibles. Comprendre leur fonctionnement permettrait de résoudre les différentes problématiques inhérentes à la miniaturisation des drones. Robotiser un drone d’environ 1 kg est envisageable en miniaturisant l’avionique existante, mais au détriment de leur autonomie en vol. En revanche, robotiser un drone d’environ 1 à 100 g nécessite une démarche innovante s’inspirant des insectes volants sur le plan de leur système de propulsion basé sur des ailes battantes, ou de leur système sensorimoteur basé principalement sur la vision pour se stabiliser, s’orienter, naviguer, ou pour voir et éviter les obstacles.

  • Article de bases documentaires : FICHE PRATIQUE
  • |
  • 22 juil. 2016
  • |
  • Réf : 1289

Rechercher les ressources nécessaires à l’entreprise pour innover

Mettre en place une stratégie d’innovation exige de la part de l’entreprise de trouver les ressources (techniques, technologiques, voire scientifiques) et les financements nécessaires à la mise en œuvre des projets innovants.

Ceci concerne les ressources humaines, pour lesquelles l’entreprise peut bénéficier d’aides publiques, mais aussi l’accès au meilleur niveau de compétences des entités universitaires appropriées ; le développement de projets collaboratifs via les pôles de compétitivité ainsi que la participation aux écosystèmes (IRT, Instituts Carnot) regroupant entreprises, laboratoires ou autres entités académiques, présentent l’intérêt de bénéficier de financements publics, aux niveaux français et européen.

Un outil incontournable pour comprendre, agir et choisir- Nouveauté !


INSCRIVEZ-VOUS AUX NEWSLETTERS GRATUITES !