#

Industrie des métaux précieux et autres métaux non ferreux

Industrie des métaux précieux et autres métaux non ferreux dans l'actualité

PublicitéDevenez annonceur

Toute l'actualité


Industrie des métaux précieux et autres métaux non ferreux dans les livres blancs


Industrie des métaux précieux et autres métaux non ferreux dans les conférences en ligne


Industrie des métaux précieux et autres métaux non ferreux dans les ressources documentaires

  • Article de bases documentaires
  • |
  • 10 mars 2018
  • |
  • Réf : M1345

Traitements thermiques des alliages de zirconium et de hafnium

Les traitements thermiques des alliages de zirconium et de hafnium font partie intégrante du procédé de transformation de ces alliages ils en conditionnent les performances, mais en déterminent aussi les propriétés (texture et propriétés mécaniques, corrosion, y compris sous irradiation). Il est donc capital de maîtriser ces traitements les tolérances sur les températures et temps de traitement sont toujours précisément définies, avec l’aide de la simulation numérique. Cet article synthétise les connaissances actuelles sur le sujet, en matière de modélisation, réalisation des traitements thermiques, mais aussi sur le plan de la microstructure et des propriétés associées.

  • Article de bases documentaires
  • |
  • 10 sept. 2013
  • |
  • Réf : M2316

Métallurgie extractive du bismuth

Le bismuth est un métal lourd, non toxique. Il n'existe pas d'opération industrielle dédiée à sa production. En effet, le bismuth, dans sa majeure partie, est un sous-produit du raffinage du plomb, de la valorisation des porphyres à cuivre et or, du raffinage de l'étain, de l'exploitation minière du tungstène. La Chine, premier producteur mondial, le récupère par flottation à partir des minerais de wolframite. Pour plus de 45 % de sa production mondiale, le bismuth est utilisé comme additif dans la fabrication des alliages ; en galvanisation 30 % environ de cette production sont destinés aux alliages fusibles, aux soudures et aux munitions, en remplacement du plomb ; les 25% restants sont consommés par les industries pharmaceutique et chimique.

  • Article de bases documentaires
  • |
  • 10 mars 2015
  • |
  • Réf : M2375

Métallurgie extractive de l’antimoine

L'antimoine est un métal cristallin de faible conductivité thermique et électrique. Ses principales espèces minérales sont la stibine (Sb2S3) et les sulfoantimoniures. La stibine est le minéral le plus exploité, mais l'antimoine est aussi un sous-produit de la métallurgie du plomb, du cuivre et des métaux précieux. Cet article rappelle d'abord les propriétés physiques et chimiques de l'antimoine, sa géochimie, sa minéralogie et sa gîtologie. Il traite ensuite des méthodes de minéralurgie et de métallurgie extractive de l'antimoine, avant de s'intéresser à sa toxicologie, ses substituts, son recyclage et ses usages, lesquels concernent principalement la fabrication de retardateurs de flamme, de batteries électriques et de produits chimiques.

  • Article de bases documentaires : FICHE PRATIQUE
  • |
  • 18 mai 2012
  • |
  • Réf : 0629

Comment déposer un brevet d’invention ? Préparation, exécution, suivi

Vous êtes l’auteur de créations techniques ou vous êtes responsable d’une entreprise ou d’un service dont sont issues des créations techniques.

Par ses aspects complexes à la fois juridiques et techniques, la procédure de dépôt de brevet exige l’intervention d’un conseil professionnel, interne ou externe à votre entreprise (typiquement mandataire en brevets européens, conseil en propriété industrielle ou avocat spécialiste).

Vous voulez savoir :

  • Comment enclencher une procédure de dépôt de brevet, notamment en France ?
  • Quelles vérifications préalables effectuer ?
  • Comment se déroulera la procédure et sur combien de temps ?
  • Quelles étapes engendreront les principaux coûts ?

Les fiches pratiques pour protéger vos innovations.

  • Article de bases documentaires : FICHE PRATIQUE
  • |
  • 10 juil. 2017
  • |
  • Réf : 1615

Qu’est-ce qu’un brevet d’invention ? Quelles sont ses caractéristiques ?

À l’origine d’une invention, vous envisagez de déposer un brevet d’invention. Cependant, celui-ci n’est pas adapté à toutes les innovations. Le choix d’une telle protection implique d’en connaître l’objet, les conditions et les limitations.

Titre de propriété spécifique, le brevet d’invention peut devenir un actif stratégique pour l’entreprise dès lors qu’il est en adéquation avec les besoins de protection recherchés en termes technique, économique, juridique et territorial.

Les fiches pratiques pour protéger vos innovations.

  • Article de bases documentaires : FICHE PRATIQUE
  • |
  • 18 juil. 2017
  • |
  • Réf : 1616

Théorie scientifique, méthode marketing, logiciel… Que peut-on protéger ?

Parmi les exceptions en termes de « non-inventions », figurent les théories scientifiques, les méthodes marketing, les créations esthétiques ou encore les programmes d’ordinateur qui ne sont pas considérés comme des « inventions » en tant que telles.

Cette conception peut faire l’objet de débats ou de positions divergentes selon les pays et les offices : ainsi en va-t-il notamment des créations informatiques qui peuvent, selon les cas, être considérés comme des inventions brevetables ou non.

La protection d’invention mettant en œuvre ces « non-inventions » reste cependant envisageable sous réserve de connaître les raisons et les contours de ces exclusions d’une part, et de respecter certaines règles de présentation, d’autre part.

Les fiches pratiques pour protéger vos innovations.


INSCRIVEZ-VOUS AUX NEWSLETTERS GRATUITES !